Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pierre Gattaz ne croit pas à une baisse du chômage dans la durée

Sylvain Arnulf

Publié le , mis à jour le 27/09/2013 À 12H32

Vidéo Invité de BFMTV / RMC ce 27 septembre, le président du Medef a déclaré ne pas croire à une inversion durable de la courbe du chômage.

Pierre Gattaz ne croit pas à une baisse du chômage dans la durée © Luc Perenom

Malgré le retour de la croissance au deuxième trimestre et les prévisions optimistes de l'Unédic pour la fin de l'année, Pierre Gattaz ne croit pas à baisse durable du chômage. "Il y a un phénomène technique de désinscription des chômeurs fin août qui n'est pas explicable par le ministère du travail. Tant mieux si nous réduit un peu le chômage fin août, mais je n'y crois pas dans la durée car nous avons une croissance extrêmement faible en France et sans croissance, pas d'emplois" a-t-il déclaré sur BFM TV et RMC ce 27 septembre. "Tant que nous n'aurons pas réglé le problème de compétitivité du pays et des entreprises, le chômage ne se réduira pas directement . Il y aura peut être un effet technique liés aux emplois aidés, mais ce sont nos impôts qui les payent" a-t-il ajouté.

"Initiative intéressante" pour Florange

Pierre Gattaz a par ailleurs qualifié la création d'un centre de recherches sur la sidérurgie en Lorraine (annoncé lors de la visite de François Hollande à Florange le 26 septembre) d' "initiative intéressante". Cela "permet de dire par l'innovation, les filières doivent être créées. Les métaux, les matériaux, la sidérurgie ont encore un avenir. On a besoin d'acier plus léger. Pourquoi pas ? Tentons le coup. C'est une bonne sortie" a-t-il analysé.

proposition de transfert des charges familiales

Le patron des patrons a enfin expliqué qu'il avait proposé au gouvernement le transfert des 34 milliards de charges familiales payées par les entreprises chaque année sur "un point de CSG et deux points de TVA". "Il faut le faire sur deux ou trois ans de façon à ne pas assommer la consommation et le pouvoir d'achat" a-t-il précisé. Pierre Moscovici lui aurait garanti d'étudier la question, mais sans lui promettre que sa proposition serait retenue.

L'interview de Pierre Gattaz en intégralité

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle