Quotidien des Usines

Pierre Fabre Dermo-Cosmétique investit 16 millions dans l’extension de son usine d’Avène

Sylvie Brouillet , , , ,

Publié le

En agrandissant son usine héraultaise, le laboratoire va doubler à la fin 2013 sa capacité de production de sprays d’eau thermale Avène. Il investit 16 millions d’euros, dont 8 millions dans deux nouvelles chaînes de production.

Pierre Fabre Dermo-Cosmétique investit 16 millions dans l’extension de son usine d’Avène
Site Pierre Fabre Dermo-Cosmétique d'Avène
© D.R. - Pierre Fabre

Les entreprises citées

Les travaux d’un nouveau bâtiment de 4 000 m² viennent de démarrer à Avène dans l’Hérault chez Pierre Fabre Dermo-Cosmétique. Construite pour 3,8 millions d’euros par la société toulousaine Groupe GA, la nouvelle usine HQE (haute qualité environnementale) sera livrée en janvier 2013.

"Ce nouveau bâtiment va nous permettre de doubler la production de sprays à la fin 2013, en lien avec les perspectives fortes de ce marché très lié à l’export, notamment dans les pays émergents, indique Alain Ruat, directeur de l’usine. Deux nouvelles chaînes de production s’ajouteront aux deux existantes. Automatisées, elles tourneront au double de la cadence actuelle..."

L’investissement global pour Pierre Fabre Dermo-Cosmétique atteint "16 millions d’euros, dont 8 millions pour les machines".

La branche Dermo-Cosmétique a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 993 millions d’euros (52 % du total des laboratoires Pierre Fabre). Le groupe emploie 10 000 personnes, dont 4 200 en dermo-cosmétique.

L’agrandissement à Avène se fera "à effectif constant" pour le site, qui emploie aujourd’hui 225 personnes avec l’intérim moyen et les prestataires". Actuellement, l’usine produit 60 millions d’unités par an, dont 18 à 19 millions de sprays d’eau thermale Avène (en atmosphère stérile).

"La fabrication de produits sans conservateur est le savoir-faire d’Avène", souligne Alain Ruat. À noter que le groupe GA avait déjà réalisé en 2010 sur le site une extension de 4 000 m², opérationnelle en 2011, pour créer une centrale de pesée et un site de stockage des matières premières, "pour environ 14 millions d’euros. Les matières premières venaient auparavant du Tarn, et cette extension a rendu le site indépendant", souligne le directeur de l’usine.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte