Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Philippe Varin lance la mission de reconquête pour Aulnay

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le président du directoire de PSA a détaillé sa stratégie, ce jeudi 26 juillet au matin, devant les députés et sénateurs. Il assure notamment que les élus locaux seront associés aux plans de revitalisation de Rennes et d’Aulnay.

Philippe Varin lance la mission de reconquête pour Aulnay © P. Guittet - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Philippe Varin a poursuivi sa tournée d’explications sur la situation de PSA. Le président de directoire du groupe a présenté aux députés et sénateurs des commissions des affaires économiques des deux assemblées les raisons du nouveau plan d’économies ‘Rebond 2015’.

"Je mesure la gravité et la somme d’inquiétude que le plan suscite sur les territoires et dans la population de notre pays" a affirmé Philippe Varin au début de son intervention. Le président a tenu également à rassurer tout de suite les élus des régions de Rennes (Ille-et-Vilaine) et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Mission de reconquête industrielle

Philippe Varin a ainsi donné quelques pistes sur l’avenir du site francilien. "Aulnay a une vocation industrielle. Nous ne fermons pas le site, mais nous recherchons toutes les solutions pour redynamiser ce bassin, a précisé le président de PSA. Une cellule spécialisée sera également créer pour rechercher tous les projets créateurs d’emplois, qui peuvent s’installer sur ce site et renforcer le bassin d’emploi".

Le président du directoire de PSA a confirmé la proposition d’un reclassement à Poissy (Yvelines) pour 1500 salariés d’Aulnay-sous-Bois. Une "mission de reconquête industrielle" sera lancée pour créer des emplois pérennes pour les 1500 autres salariés d’Aulnay. Des entreprises des secteurs des transports, des services à l’industrie et de l’écoindustrie devraient s’installer sur le site, a détaillé Philippe Varin.

L'homme fort de PSA a aussi évoqué le sort de Rennes. Le directeur industriel du groupe, Denis Martin, travaille actuellement avec la préfecture et les élus locaux à une solution.

Scénario le moins lourd

Philippe Varin a surtout répondu aux attaques portées depuis deux semaines contre le groupe. "Le groupe n’a dissimulé aucune donnée face à la situation réelle du groupe" a martelé Philippe Varin.

Le président du directoire est aussi revenu sur le document de travail dévoilé il y a un an par la CGT. Document qui envisageait la fermeture du site d’Aulnay. La dégradation de l’économie européenne justifie pour lui la mise en œuvre concrète de ce qui n’était qu’un document de travail, et donc l’arrêt de la production à Aulnay.

"Nous avons longtemps espérer pouvoir évité de prendre mesures structurelles sur un site. Le scénario le moins lourd sur le plan social et industriel est celui du déplacement de la production de la Citroën C3 sur Poissy" a justifié Philippe Varin.

Problème européen

Le président de PSA est aussi revenu longuement sur la crise qui touche aujourd’hui le marché européen. Philippe Varin a d’ailleurs rejoint le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg sur la critique de l’accord de libre-échange avec la Corée du Sud. Hyundai-Kia est en effet l’un des premiers concurrents de PSA.

En creux de cette dépendance européenne, Philippe Varin a rappelé l’ancrage français du groupe, au contraire de Renault et au prix d’un coût du travail élevé pour le président de PSA. "Nous produisons 44% de nos voitures en France, 85% de nos moteurs et la moitié de nos effectifs sont en France. La clé, c’est la question du coût du travail et je me félicite de la nomination de la commission Gallois", a souligné Philippe Varin.

L’agenda reste chargé pour les dirigeants de PSA, puisque Thierry Peugeot, président du comité de surveillance, est reçu lui, ce jeudi 26 juillet, par Arnaud Montebourg. A la rentrée, les députés et sénateurs recevront en audition les représentants des salariés de PSA, ainsi que les experts du gouvernement et désignés par le CCE du groupe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle