Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Philippe Martinez à la CGT, Barack Obama souhaite taxer les multinationales… La revue de presse de l'industrie

Publié le

Philippe Martinez va prendre la tête de la CGT, Barack Obama a présenté son projet de budget et veut taxer les profits des multinationales parqués à l'étranger… Retrouvez l'essentiel de l'actualité de ce mardi 3 février dans la revue de presse de L'Usine Nouvelle.

Philippe Martinez à la CGT, Barack Obama souhaite taxer les multinationales… La revue de presse de l'industrie © lefigaro.fr

Une nouvelle tête à la CGT

La presse revient ce mardi 3 février sur l'élection quasi-certaine de Philippe Martinez à la tête de la CGT dans la journée. Avec ce nouveau dirigeant, "la CGT retrouve de la voix. Mais pour dire quoi ?", s'interroge L'Opinion. Il sera "entouré d'une équipe dure et peu expérimentée. Sa ligne devra être précisée lors du prochain congrès du syndicat, en 2016", poursuit le quotidien.

Philippe Martinez va être, pour le site d'Europe 1, à la tête d'un "bateau ivre" qui a besoin de retrouver ses marques. Pourquoi pas en puisant ses idées au sein du parti communiste, propose, provocateur, le site Internet qui argumente : "La CGT et le parti communiste se sont longtemps aimés. Après la guerre, en effet, la majorité des instances dirigeantes étaient proches voire membres du PCF."

Le secrétaire général de la fédération de la métallurgie, dont le site FranceTVinfo tire le portrait est "encore un quasi-inconnu". Il "apparaît très peu pendant le conflit autour de la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, en 2013, laissant micros et projecteurs à Jean-Pierre Mercier, le délégué syndical du site", détaille le média.

Barack Obama veut taxer les multinationales

Les médias commentent la guerre engagée par Barack Obama contre les multinationales américaines qui essayent d'échapper aux impôts aux Etats-Unis. Plus de 2 000 milliards de dollars de profits ne sont aujourd'hui pas taxés car ils sont "parqués à l'étranger", explique Le Figaro, qui parle de "trésor de guerre".

"Dans le cadre de la présentation de son projet de budget, le président des États-Unis propose d'abandonner le principe actuel de non-taxation de ces bénéfices tant qu'ils n'ont pas été rapatriés sur le territoire américain. Il souhaite imposer une taxe de 14% sur de tels profits, qu'ils soient ou non rapatriés", résume le quotidien.

Ces fonds "viendraient utilement financer la modernisation des infrastructures, qui constituent un gros point noir pour la compétitivité du pays", précise Les Echos, qui indique dans sa Une que cette taxe pourrait rapporter 238 milliards de dollars.

GOOGLE MARCHERa-t-il SUR LES PLATES-BANDES D'UBER ?

Selon des informations publiées le lundi 2 février par le site de Bloomberg, Google travaillerait actuellement sur un service de véhicules de tourisme avec chauffeur, comme celui d'Uber. Il pourrait utiliser pour le déployer ses voitures autonomes, les Google Car.

La jeune entreprise régnait pour l'instant (quasiment) sans partage sur ce secteur d'activité. Elle a déployé son service et son application mobile aux Etats-Unis, en Europe, mais aussi en Asie et est aujourd'hui présente dans 54 pays. Le Wall Street Journal dément ces informations. 

Le Fisc français pourchasse Microsoft

L'Expansion révélait le lundi 2 février les nouveaux déboires de Microsoft avec le fisc français. "Déjà condamné à payer 56 millions d'euros de redressement en octobre 2014, l'américain s'est vu signifier, à la fin novembre, une nouvelle amende de 16,4 millions", indique le site web du magazine économique.

Il poursuit : "La fraude fiscale dénoncée par le fisc français est liée au statut de Microsoft France. La filiale française, qui joue le rôle d'agent commissionné de Microsoft Ireland Operations Limited, ne touche qu'une petite commission des transactions réalisées dans l'Hexagone, le reste revenant à Dublin, et permettant donc à Microsoft de faire baisser l'impôt sur les sociétés qu'elle doit verser à Bercy".

Verizon va céder 10 milliards de dollars d'actifs

L'opérateur Verizon s'apprêterait à céder plus de 10 milliards de dollars d'actifs, selon un article du Wall Street Journal daté du lundi 3 février. Cette vente concernerait notamment les antennes-relais pour téléphones portables et une partie des activités de téléphonie fixe.

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle