PharmaValley, le numéro 1 européen du médicament

Interview de Jean-Pierre Dubuc, président de Polepharma

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

PharmaValley, le numéro 1 européen du médicament
Jean-Pierre Dubuc, le président de Polepharma et porte-parole de PharmaValley

U.N. : Le cluster Pharmavalley a un an. Quel est son objectif ?

J.-P. Dubuc : Nous voulons donner une visibilité internationale à cette terre fertile pour la rendre attractive à des décideurs mondiaux. Avec près de 70 sites de production, entourés d’un tissu de 300 entreprises, Pharmavalley est le premier site européen de fabrication de médicaments. Nous intégrons toute la chaîne de valeur depuis la production de principes actifs jusqu’aux équipementiers et façonniers. Soit 18 000 emplois qualifiés dans les sites de production ( 60% de l’effectif national), auxquels s’ajoutent 12 000 emplois dans la filière. Ce cluster inter régional regroupe la technopole CBS (Chimie-Biologie-Santé ), le GREPIC (Groupement des Entreprises pharmaceutiques de la Région Centre) et le cluster Polepharma créé en 2002 par le Codel (Comité de développement d'Eure-et Loir). Il y a une vraie mobilisation des 4 régions (Haute et Basse Normandie, Centre, Ile-de-France) pour soutenir sa stratégie d’innovation et de compétitivité. Ainsi, début 2011, par exemple, Dreux agglomération va mettre à disposition des entreprises 3000 m2 de salles blanches (classe 100 000 adaptables en classe 10 000) .

U.N. : Certains sites sont en difficulté ?

J.-P.D. : Oui, pour différentes raisons parmi lesquelles les baisses de production dues à l'arrivée des génériques qui, la plupart du temps, ne sont pas produits dans l'usine du princeps. La perte de gros volumes de production oblige les entreprises à revoir leur stratégie industrielle. Mais si PharmaValley est un observatoire privilégié des mutations du secteur et n’échappe pas à ses effets, c'est aussi un acteur engagé qui anticipe les défis qui se posent et se donne les moyens de rester en tête.

U.N. : Les groupes étrangers investissent-ils toujours dans la production pharmaceutique en France ?

J.-P. D.: L'investissement étranger a baissé au cours des deux dernières années mais pas plus en France qu'ailleurs. Sur PharmaValley, nous comptabilisons 850 millions d’euros d’investissements engagés ou annoncés depuis ces 5 dernières années. Le cluster peut se prévaloir d’un environnement scientifique de haut niveau. Et des rapprochements ont été mis en place avec les pôles de compétitivité Medicen et Atlantic Biothérapies.

U.N. : Les laboratoires sont-ils passés à la bioproduction ?

J-P. D. : Un grand nombre de médicaments sont déjà issus des biotechnologies. C'est une tendance qui se renforce. La France est en retard et le LEEM va soutenir prochainement des investissements dans ce domaine. PharmaValley compte quelques start-up et le pôle « blanc » de Dreux devrait jouer un rôle moteur pour favoriser l'implantation de nouvelles compétences. De plus, le cluster organise des rencontres entre industrie pharma et biotechs comme la Bioconnexion; à Rouen, le 18 novembre prochain. L’un de ses membres, l'IMT, constitue en outre une référence pour le développement de formations adaptées à la bioproduction. Cependant, les médicaments issus de la chimie classique garderont une grande part dans les années à venir, et c’est l’enjeu principal pour PharmaValley, dont les sites restent parmi les plus productifs et les plus performants au monde.

Thérèse Bouveret

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS