Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PharmacieBeaufour-Ipsen s'installe outre-Manche avec PortonConnu pour sa recherche, Porton International va ouvrir au septième groupe pharmaceutique français les marchés britannique et américain. Le ticket d'entrée: 550millions de francs.

Publié le

Pharmacie

Beaufour-Ipsen s'installe outre-Manche avec Porton

Connu pour sa recherche, Porton International va ouvrir au septième groupe pharmaceutique français les marchés britannique et américain. Le ticket d'entrée: 550millions de francs.



Le 15novembre, Albert et Gérard Beaufour, les deux frères qui dirigent le laboratoire Beaufour-Ipsen (2,6milliards de francs de chiffre d'affaires, 2445salariés) sauront à quelle hauteur s'élèvera leur contrôle sur la société britannique Porton International (240millions de francs, 230salariés). Avant même le résultat définitif de leur OPA amicale, lancée le 26octobre, ils s'étaient - conseillés par Lazard Brothers - assurés de l'engagement irrévocable du fondateur, Wensley Haydon-Baillie (36% du capital) et de divers investisseurs institutionnels (30%), d'apporter leurs titres au prix de 13,4livres l'unité. Un instant tenté de surenchérir en proposant aux actionnaires 47% de plus, le groupe anglo-américain Scotgen Pharmaceuticals a préféré ne pas donner suite. A l'issue de l'opération, la Scras, la Société de conseil, de recherches et d'applications scientifiques, la maison mère d'Ipsen-Beaufour détiendra sa participation via la Speywood Holdings, société spécialement créée pour l'opération, qu'il contrôlera à 75% (les 25% restants étant répartis entre les cadres dirigeants de Porton International). Le quinzième groupe pharmaceutique français -et le septième parmi ceux toujours détenus par des capitaux nationaux - jette ses filets sur une société réputée pour ses innovations. Depuis sa création en 1983, elle s'est spécialisée dans les domaines de l'hémophilie, de l'oncologie, de la neurologie, des soins postchirurgicaux intensifs et des vaccins. Elle dispose d'un petit centre de recherche près de Londres (30chercheurs), d'une unité de production dans le Pays de Galles et d'une filiale de distribution aux Etats-Unis, à Washington. Ses pertes l'an dernier (5,8millions de francs, et, au premier semestre de cette année, 86,3millions) l'ont amenée à céder plusieurs divisions, dont ses produits de diagnostic.

Une gamme de produits élargie

Cette acquisition devrait donner à Beaufour (179millions de francs de résultat avant impôt en 1993) un second souffle sur les marchés extérieurs (36% de ses ventes), en élargissant la gamme de ses produits, fabriqués pour l'essentiel à Dreux (Eure-et-Loir) et, pour les formes injectables, à Signe (Var). Elle lui permettra de moins dépendre de ses deux vasodilatateurs, le Tanakan et le Ginkor (55% des ventes). Sa dernière grande molécule, commercialisée en 1986, le Decapeptyl, un médicament largement utilisé dans le traitement du cancer de la prostate, représente pour sa part 22% des ventes, et les médicaments gastro-intestinaux dérivés d'argiles traitées dans le Gard et dans le Vaucluse par sa filiale Expansia comptent pour 13%. Beaufour-Ipsen (22% de son chiffre d'affaires consacrés à la recherche) prépare le lancement, prévu avant la fin de 1995, d'un inhibiteur des facteurs de croissance pour lequel il a déjà ob-

tenu en France l'AMM, l'indispensable autorisation de mise sur le marché.





USINE NOUVELLE N°2478

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle