Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Pfizer veut lancer la vente de son activité de santé grand public en novembre

, , , ,

Publié le , mis à jour le 26/10/2017 À 06H43

Infos Reuters LONDRES (Reuters) - L'anti-inflammatoire Advil, le baume à lèvres Chapstic, les multivitamines Centrum,... Pfizer compte lancer un processus d'appel d'offres pour la cession de son activité de santé grand public dont il pourrait espérer retirer 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros), voire plus, selon des sources proches du dossier.

Pfizer veut lancer la vente de son activité de santé grand public en novembre
Pfizer compte lancer un processus d'appel d'offres pour la cession de son activité de santé grand public.
© Pfizer Sign II

Pfizer avait annoncé mardi 10 octobre vouloir scinder ou vendre son activité de santé grand public. Le laboratoire américain souhaite désormais lancer un processus d'appel d'offres pour cette activité et peu espèrer retirer 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros) voir plus, selon des sources proches du dossier pour la cession de cette activité.

La division de santé grand public de Pfizer, où l'on retrouve notamment l'anti-inflammatoire Advil, le baume à lèvres Chapstick et les multivitamines Centrum, a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 3,4 milliards de dollars en 2016.

Les actifs pourraient intéresser des grands noms du secteur comme Reckitt Benckiser ou GlaxoSmithKline (GSK). Des discussions préliminaires avec des candidats, dont Reckitt, ont déjà eu lieu, a dit une des sources, ajoutant que Pfizer veut faire avancer le processus avant la fin de l'année. Le directrice générale de GSK, Emma Walmsley, a confirmé mercredi qu'elle regarderait "attentivement" cette opération.

Procter & Gamble, Johnson & Johnson, Sanofi et Nestlé figurent également dans la liste des candidats potentiels, selon plusieurs sources. Nestlé, qui n'est pas un laboratoire mais explore de plus en plus la frontière entre nutrition et santé, pourrait être intéressé par cette cession, ont rapporté des sources.

Un accord pour mi-2018 ?

Pfizer a l'intention d'envoyer des données financières sur son pôle santé grand public aux participants à l'appel d'offres dans environ trois semaines, a précisé l'une des sources. Le processus devrait s'accélérer au début de l'année prochaine avec la présentation des offres, et un accord pourrait être signé autour de mi-2018, a-t-elle ajouté.

Le laboratoire allemand Merck KGaA cherche lui aussi à se désengager de ses produits en vente libre, valorisé autour de 4,5 milliards de dollars. Certaines sources bancaires et industrielles jugent que Merck pourrait suspendre le projet, à qui la cession du pôle de Pfizer risque de faire de l'ombre.

L'une des sources a rapporté que Pfizer espérait que le grand nombre de candidats au rachat pourrait faire monter le prix de cette activité au moins à 20 milliards de dollars.

Un marché porté par le vieillissement de la population

Avec une demande portée par le vieillissement de la population et une plus grande sensibilité des consommateurs aux questions médicales, le marché fragmenté de l'auto-médication est devenu un terrain fertile pour les fusions et acquisitions ces dernières années. Les produits vendus sans ordonnance génèrent en général des marges inférieures aux médicaments de prescription mais ce sont souvent des marques durablement établies avec des clients fidèles.

Le directeur général de Pfizer, Ian Read, a déclaré lors de l'annonce du projet que les produits grand public pouvaient être mieux valorisés en dehors du périmètre du groupe.

GSK a adopté une tout autre stratégie, préférant conserver un portefeuille diversifié, avec une branche grand public pour amortir les performances plus volatiles des médicaments sur ordonnance. Pour Reckitt en revanche, les produits de santé ont des marges en plus forte croissance que ses produits pour la maison. Le groupe britannique, qui va se scinder en deux - santé d'un côté et hygiène/entretien de l'autre - a reconnu être intéressé par les produits grand public de Pfizer.

Pour Reuters, Pamela Barbaglia, Martinne Geller et Ben Hirschler, Juliette Rouillon pour le service français

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus