Pfizer mise sur l'Irlande mais pas sur la France

Le laboratoire américain Pfizer va supprimer 225 emplois en France, dans tous les départements. Dans le même temps, des journaux anglo-saxons relaient l'annonce d'un investissement de 145 millions d’euros du groupe… en Irlande.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pfizer mise sur l'Irlande mais pas sur la France

225 postes en moins, c’est le plan social que vient de confirmer la direction de Pfizer France. Le laboratoire pharmaceutique américain va ainsi ramener ses effectifs dans l’Hexagone à un millier de personnes. "Cela touche tous les départements, et pas seulement les visiteurs médicaux", précise une porte-parole de la filiale France à L’Usine Nouvelle.

Plusieurs sites devraient donc être touchés. Le groupe justifie ces suppressions de poste par "les profondes mutations" auxquelles est confrontée l’industrie pharmaceutique mondiale, comme "le déremboursement de certains produits ou la perte de brevets. Il va falloir innover différemment", ajoute la porte-parole. Elle ne précise pas si d’autres plans pourraient être annoncés en France dans les mois à venir.

Des coupes en France… et des investissements en Irlande ?

Côté salariés, "la consternation" règne. Le secrétaire du comité d'entreprise évoque pour sa part 475 suppressions de postes, dont une centaine de vacants. Pascal Tanchoux, porte-parole de la direction, explique à l’AFP que 373 postes allaient être supprimés. Mais 95 autres vont être créés et 53 vacants être pourvus. "Au total, il y aura un solde net négatif de 225 postes", a affirmé le responsable, en convenant qu'un certain nombre de postes vacants n'avaient pas été intégrés dans ce décompte.

Paradoxalement, des journaux anglo-saxons annoncent, aujourd’hui également, que Pfizer compte injecter 145 millions d’euros dans son usine de fabrication biotechnologique de Dublin. Ces investissements sur l’un des plus grands sites de fabrication en biotechnologie dans le monde pourraient générer jusqu’à 400 créations d’emplois durant le pic de la phase de construction. Une mesure qui permettrait à Pfizer de produire deux nouveaux traitements sur le site.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS