Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Pfizer décide de retirer du marché français le Cytotec, utilisé hors autorisation de mise sur le marché

Léna Corot , ,

Publié le

Vu sur le web Le Cytotec, commercialisé par Pfizer, dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement des ulcères. Mais il est largement utilisé dans le cadre d'IVG médicamenteuses et pour déclencher les accouchements, alors même que l'ANSM alerte sur ces pratiques qui peuvent entraîner des effets indésirables graves.

Pfizer décide de retirer du marché français le Cytotec, utilisé hors autorisation de mise sur le marché
Le laboratoire américain Pfizer va retirer du marché français le Cytotec à compter du 1er mars 2018.
© Pfizer Sign II

Le Cytotec est un médicament commercialisé par Pfizer qui accélère les contractions. S'il dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis 1986 pour le traitement des ulcères gastriques, il est utilisé à d'autres fins. Le Cytotec est utilisé dans le cadre d'IVG médicamenteuse et de déclenchements d'accouchement, relate Le Parisien. C'est en raison de cette utilisation dévoyée de son médicament que le laboratoire Pfizer a annoncé au Parisien, mercredi 18 octobre, retirer son produit du marché français. La décision sera effective au 1er mars, précise encore le journal.

Cette décision du laboratoire américain intervient après de nombreuses alertes. En 2013 tout comme en 2015, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) s'alarme de cette utilisation hors AMM du Cytotec qui "peut entraîner des effets indésirables graves pour la mère et l’enfant". L'Agence parle de " rupture utérine, d’hémorragies ou d’anomalies du rythme cardiaque fœtal".

Mais déjà, en 2005 et 2008 l'ANSM révélait des utilisations AMM du Cytotec entraînant des effets indésirables graves, liste le Parisien. Mais rien à faire, des praticiens continuent de l'utiliser afin de provoquer des IVG médicamenteuses ou de déclencher des accouchements. L'ANSM, quant à elle, ne peut qu'alerter les praticiens sur ces pratiques et ne peut pas interdire le Cytotec qui dispose d'une AMM, précise le quotidien.

En annonçant la fin de la commercialisation de son médicament en France dès le 1er mars 2018, Pfizer prend donc les devants. Cette date peut sembler éloigner, mais est nécessaire afin que les laboratoires français fabriquent d'autres produits pour qu'il n'y ait pas de diminution de l'accès à l'IVG médicamenteuse ou au déclenchement de l'accouchement, détaille Le Parisien.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus