Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Pétrole, Thierry Breton, Papetiers, ... Toute l'actualité du 26/08/05

, , , ,

Publié le


La hausse continue du pétrole inquiète. Les marchés boursiers commencent à accuser le coup face au prix de l'or noir qui va bientôt flirter avec la barre des 70 dollars le baril, affirme La Tribune. Malgré la publication de très bons résultats des sociétés, les places financières européennes se replient. Les opérateurs craignent l'installation durable des ces niveaux de prix, poussant les économistes à revoir leurs prévisions et faisant resurgir le spectre de l'inflation. L'impact d'un pétrole durablement cher pourrait avoir des effets inquiétants sur la consommation, sur les investissements et sur les marges des entreprises. Le gouvernement est à la recherche d'une stratégie, note les Echos. Le Premier ministre va réunir ce matin une vingtaine de personnalités du secteur énergétique, qui devraient débattre de la relance des investissements énergétiques et des économies d'énergie. La consommation nationale d'énergie primaire représente plus de 276 millions de tonnes équivalent pétrole dont un tiers pour le brut.

Rentrée agitée pour Thierry Breton. Sur fonds d'ententes présumées entre les opérateurs de téléphonie mobile, le ministre de l'Economie et des Finances est sous le feu de l'opposition qui lui reproche un conflit d'intérêt, même s'il n'était pas président de France Télécom à l'époque des faits. Pour autant, pour le budget 2006 une profonde réforme de la prime pour l'emploi serait à l'étude, indique Les Echos. Celle-ci concerne tous les actifs percevant jusqu'à 1,6 SMIC, mais liée à la déclaration de revenus, elle est versée tardivement. Pour la rendre plus attractive, Bercy étudierait la piste de la lier davantage à la reprise d'un emploi et de l'inscrire sur la fiche de paie. Le ministre souhaiterait  également la concentrer un peu plus sur les bas salaires et pouvoir privilégier certains secteurs d'activité. La mesure d'exonération d'impôts pendant un an est aussi étudiée pour des chômeurs acceptant un emploi à plus de 200 kilomètres de leur domicile.

Les papetiers retrouvent la croissance. La production de l'industrie papetière française a progressé de 2,2 % au second trimestre, après l'alerte de moins 1,6 % du début de l'année, rapporte La Tribune. Le secteur espère renouer avec une croissance franche, comme l'année dernière (+3,2 %) qui avait fait suite à une stagnation depuis 2001. Le secteur de l'emballage enregistre également une embellie au second trimestre, après un recul sur les trois premiers mois de l'année. Néanmoins les industriels abordent avec prudence le second semestre, notamment sur le problème des prix. Dans un contexte de hausse importante des prix de l'énergie et des matières premières chimiques, la profession n'a pas réussi à répercuter ces coûts avec une demande peu soutenue.

La cession de la connectique d'Areva sur les rails. La Tribune revient sur la course au rachat de FCI la filiale connectique du spécialiste français du nucléaire. Selon les informations du Figaro, pas moins de quatre acheteurs auraient été sélectionnés, sur les dix qui étaient sur les rangs. Tous sont des fonds d'investissement ; Bain Capital, One Equity, BC Partners et KKR. Les offres oscilleraient entre 800 et 900 millions d'euros, elles ne sont qu'indicatives, après une phase d'évaluation, une offre ferme devra être remise à la mi-septembre et des négociations exclusives s'ouvriront avec un repreneur potentiel. Areva a déboursé 450 millions d'euros depuis 2001 pour redresser FCI. L'entreprise qui emploie 12.000 salariés, est sortie du rouge l'année dernière avec un bénéfice net autour de 50 millions d'euros.

Le nickel attire la convoitise de CVRD. Le premier producteur mondial de minerai de fer, le Brésilien Companhia Vale do Rio Doce serait en négociation pour racheter le Français Eramet, révèle le Wall Street Journal. Les discussions seraient en cours depuis plusieurs mois, pour une opération qui pourrait dépasser les deux milliards d'euros. Le groupe minier français implanté en Nouvelle-Calédonie apporterait à CVRD des activités dans le nickel, le manganèse et les alliages.  Ce dernier possède 95 % de ses actifs au Brésil et voudrait diversifier son offre pour répondre à la forte demande asiatique. L'ex-groupe public (environ 30.000 salariés), détenu par un holding d'investisseurs brésiliens détient 33 % du marché mondial du minerai de fer, avec plus de 200 ans de réserves estimées au Brésil. Dans un contexte de prix des matières premières extrêmement favorable, il a quasiment doublé son bénéfice net à 2,2 milliards de dollars au premier semestre, pour un chiffre d'affaires de 7,5 milliards en hausse de 40 %.


Didier RAGU

Bon week-end, à lundi !
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus