Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pétrole: retour des transactions

Myrtille Delamarche ,

Publié le

Océan Arctique, eaux ultra-profondes, fusions-acquisitions : l’argent recommence à circuler dans le secteur pétrolier après une période de latence que les pétroliers ont consacrée à un questionnement de leurs stratégies internes marqué par une réduction drastique des coûts.

Pétrole: retour des transactions
BP choisit Technip pour l’extension de Thunder Horse.
© D. R.

L’ingénieriste français Technip vient d’annoncer la signature d’un contrat avec BP pour les nouvelles conduites de production du champ de Thunder Horse, situé à environ 1900 mètres de profondeur dans le golfe du Mexique. Même le projet géant de Kashagan au Kazakhstan, maintes fois retardé, avance : ArcelorMittal va réinvestir plusieurs millions d’euros sur son site du Creusot (Industeel) pour la livraison de 15000 tonnes de tôles plaquées destinées aux dizaines de kilomètres de tubes en acier que nécessite ce projet. Quant à l’Arctique, il refait parler de lui avec l’autorisation de forage accordée à Shell par le gouvernement américain.

Fusions-acquisitions en série

Le rachat de Rosetta Resources par Noble Energy pour 2,1 milliards de dollars est la première transaction d’importance dans les huiles de schiste américaines, fragilisées par la baisse des cours du pétrole couplée à un fort endettement. Au point que les agences de notation identifient ce secteur comme le plus grand pourvoyeur d’obligations « pourries » (junk bonds). Une autre transaction montre le regain d’intérêt pour le secteur : le rachat des activités de négoce physique de pétrole de Morgan Stanley (le « raffineur de Wall Street ») par le négociant Castleton pour 1 milliard de dollars.

Les analystes confirment le retour de l’appétit dans le secteur. Selon EY, plus de la moitié des dirigeants interrogés se déclarent prêts à une transaction dans les douze prochains mois. Morgan Stanley considère que le rebond des prix a relancé l’opportunisme, après un?premier trimestre marqué par le plus bas nombre de rachats d’actifs en vingt ans : 30 transactions, pour 4 milliards de dollars. Le deuxième trimestre en a déjà enregistré 38 pour une valeur de 93 milliards de dollars, la plus emblématique étant la fusion entre Royal Dutch Shell et BG Group.

Retrouvez la version complète de cet article: Retour aux grandes manoeuvres dans le pétrole

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle