Pétrole: l'accord de production est prorogé neuf mois

par Alex Lawler, Rania El Gamal et Ernest Scheyder

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pétrole: l'accord de production est prorogé neuf mois

VIENNE (Reuters) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des pays producteurs non membres du cartel emmenés par la Russie ont décidé de prolonger de neuf mois jusqu'à fin mars 2018 l'accord de réduction de la production entré en vigueur au début de l'année, ont déclaré des délégués de l'Opep jeudi.

Cette réduction reconduite de 1,8 million de barils par jour (bpj), représentant 2% environ de la production mondiale, avait été calculée par rapport à la production d'octobre 2016 - soit 31 millions de bpj environ, hors Nigeria et Libye - et devait s'appliquer dans une premier temps durant le premier semestre de cette année.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'Opep a convenu de maintenir ses propres coupes à 1,2 million de bpj environ, a précisé le ministre du Pétrole koweïti Essam al-Marzouq. Ce qui implique que les producteurs hors Opep retrancheront quelque 600.000 bpj à leur propre production.

La prochaine réunion ministérielle entre délégués de l'Opep et non-Opep est prévue le 30 novembre, ont ajouté les délégués.

Les mesures de réduction de la production ont permis au cours du brut de repasser la barre des 50 dollars, ce qui a redonné un peu de marges de manoeuvre budgétaire aux pays producteurs, dont bon nombre sont fortement dépendants des revenus pétroliers et qui ont dû, à l'image de l'Arabie saoudite, puiser dans leurs réserves de change pour combler leur déficit budgétaire.

Entamée à la mi-2014, alors que le baril s'échangeait encore à plus de 100 dollars, la chute des cours - tombés à moins de 30 dollars dans le courant de l'année 2016 - a, au-delà des tensions sur les budgets, provoqué de violents remous sociaux dans des pays tels que le Venezuela et le Nigeria.

En dépit des coupes convenues, l'Opep maintient des exportations relativement stables au premier semestre, dans la mesure où les pays membres vendent aussi en puisant dans leurs stocks.

La hausse des cours qui a suivi l'accord de réduction a par contrecoup rendu rentable la production de schistes, qui a sensiblement augmenté aux Etats-Unis en particulier, rendant difficile le désengorgement du marché et permettant de conserver des stocks pétroliers mondiaux très étoffés.

C'est pourquoi l'Opep a d'abord proposé de reconduire l'accord de réduction de la production jusqu'à la fin de l'année, soit de six mois, avant de choisir neuf mois, la Russie proposant même d'aller jusqu'à 12 mois.

Les contrats de juillet sur le WTI texan et le Brent de Mer du Nord perdaient plus de 3% sur des prises de bénéfice en réaction à ces annonces qui étaient largement anticipées.

(Benoit Van Overstraeten et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS