L'Usine Maroc

Pétrole au Maroc : le pakistanais PEL lance des travaux de forage au sud d'Essaouira

,

Publié le

Les travaux de forage du puits Tamanar-1 près d'Essaouira au Maroc ont été lancés cette semaine par la société pakistanaise Petroleum exploration limited (PEL). Ce puits d'une profondeur de 2 850 mètres coûtera 6 millions de dollars, les premiers résultats sont attendus d'ici à trois mois.

Pétrole au Maroc : le pakistanais PEL lance des travaux de forage au sud d'Essaouira
Ce forage onshore a été symboliquement lancé le 15 novembre en présence notamment d'Abdelkader Amara, (photo) ministre de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement et du ministre pakistanais de l’Énergie Shahid Khaqan Abbasi.
© memgov.ma

Opération tripartite Maroc, Pakistan et Chine dans la recherche de pétrole dans le royaume alaouite. La société pakistanaise d'exploration Petroleum Exploration (Pvt) Limited, ou PEL, a commencé le forage du puits Tamanar-1 dans le cadre du permis de recherche "Haha2". Celui-ci est situé à 70 km au sud d'Essaouira et à 400 km au sud de Rabat.

Ce forage onshore a été symboliquement lancé le 15 novembre en présence notamment d'Abdelkader Amara, ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement et du ministre pakistanais de l'Energie Shahid Khaqan Abbasi.

Il est opéré par la société chinoise Beijing Forpetro Sino-Rig qui fournit la plate-forme.

PEL détient au Maroc trois permis de recherche "Haha1", "Haha2" et "Haha3" d'une surface de 4 919 km² pour un permis de 7 ans et 7 mois obtenu en 2007 et à échéance au 19 janvier 2015.     

La présence de l'opérateur chinois s'explique par le contrat qu'il a emporté cet été auprès de PEL pour "utiliser des technologies de pointe dans ce forage", précise un communiqué du ministère de l'énergie du Maroc.

Beijing Forpetro Sino-Rig a construit la plate-forme neuve pour l'occasion (train de 1 500 chevaux ) et l'a acheminée depuis la Chine.

Le coût du projet est de 6 millions de dollars selon les officiels marocains.

FAIBLE POTENTIEL

Créée en 1994, PEL a signé 12 coentreprises (JV) avec des sociétés implantées au Pakistan, Canada, Koweït, Royaume Uni, Maroc et Australie incluant notamment Gulf Petroleum et l'Onhym.

Installée à Islamabad, PEL filiale du groupe privé Shahzad  détient dans le cadre de son partenariat avec l'Onhym 75% des parts de la société commune d'exploration. C'est la première opération de ce type au Maroc pour des sociétés pakistanaises et chinoises.

Le Maroc est quasi dépourvu de ressources en hydrocarbures. Les gouvernements successifs, ces dernières années, ont cherché à développer les opérations d’exploration onshore et offshore par des groupes internationaux via l’attribution de licences et une fiscalité attractive. Dans ces opérations, l’Onhym, doit détenir 25 % au minimum des projets, une part faible au regard des habitudes des pays producteurs de pétrole.

De nombreuses compagnies indépendantes comme Kosmos, Cairn, Tangier’s Petroleum ou PetroMaroc (ex-Longreach), et quelques majors tel Chevron, se sont ré-intéressées à ce territoire "frontière" longtemps négligé, car jugé à faible potentiel géologique.

Selon les officiels marocains, une vingtaine de puits d’exploration auront été opérés cette année pour un investissement cumulé dépassant 100 millions de dollars.

Jusqu'ici ces opérations se sont révelées peu concluantes. Réponse d'ici deux à trois mois pour le forage de PEL qui a fait l'objet d'études sismiques préalables dans un réservoir potentiel du Trias "prometteur", selon les autorités marocaines.

ND et POR

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte