Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Pétrole au Maroc: l’italien ENI veut se lancer dans la prospection offshore au large de Rabat

, , , ,

Publié le , mis à jour le 31/03/2016 À 08H00

Le géant italien de l'énergie ENI va racheter à la société d'exploration pétrolière britannique Chariot Oil & Gas 40% de sa licence d'exploitation au large de Rabat. C'est la troisième fois en quelques mois qu'un tel scénario se produit au Maroc. Chevron et PetroMaroc avaient alors aussi cédé une partie de leur licence à des opérateurs tiers.

Pétrole au Maroc: l’italien ENI veut se lancer dans la prospection offshore au large de Rabat © eni

Chamboulement. Le secteur des hydrocarbures au Maroc subit depuis quelques mois une redistribution des parts des licences d'exploration pétrolière. Troisième opération du genre au Maroc, le pétrolier italien ENI va racheter à la junior britannique Chariot Oil  & Gas, 40% (sur un total de 50%) des droits d'exploration offshore qu'elle détient au large de Rabat.

C'est ce que vient d'annoncer l'italien dans un communiqué daté du 30 mars.

L’accord entre les deux entreprises concerne le permis d’exploration Rabat Deep Offshore I-VI I-VI située à une trentaine de kilomètres des côtes. Cette zone disposerait de potentiels de gisements en hydrocarbures non encore explorés. Le montant de la transaction n'a pas été précisé.

Rien n'est cependant officiellement acté. L'accord en question reste provisoire dans la mesure où il est subordonné à l’autorisation des autorités marocaines. D'autre part, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et Woodside, une société d'exploration australienne, partenaires de la licence d’exploration, ont également leur mot à dire.

Un fois l'accord définitif, l'italien ENI qui aura le statut d'opérateur pourra explorer la zone du permis qui couvre 10 780 Km2 à une profondeur allant de 150 mètres à 3500 mètres.

"Cet accord va permettre à ENI d'étendre sa présence dans la Marge Atlantique dans une région importante de l'Afrique du nord conformément à la stratégie du groupe de diversifier son portefeuille d'activité à haut potentiel de découverte d'hydrocarbures", indique ENI dans son communiqué. .

La participation de Chariot Oil & Gas, s'élèvera in fine à 10 %. Celles de Woodside (25%) et de l’Onhym (25%) ne varieront pas.

Basé à Londres, le britannique Chariot Oil & Gas est présent au Maroc mais aussi au Brésil, en Mauritanie et en Namibie. Pour sa part, outre le Maroc, Woodside est présent au Cameroun, Gabon, Guinée-Bissau et Sénégal.

620 millions d'euros de dépenses au Maroc en 2014

Pour rappel, à la différence de l'Algérie voisine, le Maroc est dépourvu de ressources en hydrocarbures. Le royaume importe la quasi-totalité de ses besoins mais ces dernières années les autorités du pays ont cherché à relancer l'exploration en le libéralisant notamment;

Selon l'Onhym, une trentaine de sociétés pétrolières étrangères sont en phase d'exploration au Maroc dont des majors comme BP ou Chevron. En 2014, de même source, les dépenses d'exploration s'étaient chiffrées à 620 millions d'euros, un triplement sur l'année 2013.

Pour l'essentiel, il s'agit de des juniors et indépendants comme PetroMaroc, Circle Oil, Gulfsands ou Sound Oil. La plupart des recherches se sont à ce jour soldées par des échecs, hormis de modestes gisements de gaz dans la région de Kenitra dont certains sont en voie d'exploitation.. Ces échecs expliquent en partie les recompositions récentes entre opérateurs.

Total a lui annoncé son retrait de l'exploration au Maroc fin 2015. Mais ce n’est donc pas le pari de l’ENI. Pour rappel, ce groupe avait fait sensation en septembre 2015 en découvrant un énorme gisement offshore de gaz naturel en Egypte. Et au Maroc?

ND et POR

L'opération entre ENI et Chariot s'inscrit dans un mouvement récent de recomposition entre opérateurs dans le domaine de l'exploration au Maroc. Ce 7 février, Qatar Petroleum a racheté à Chevron Morocco, 30% de ses 75% détenus dans trois blocs d'exploration en eaux profondes, à savoir Cap Rhir Deep, Cap Cantin Deep et Cap Walidia (les parts dans ces permis étant désormais : Chevron, opérateur à 45%, Qatar Petroleum à 30% et l'ONHYM à 25%). Quant à PetroMaroc (ex-Longreach), il a cédé en mars dernier une partie de ses licences à Sound Energy. ces opérations s'inscrivent dans un contexte de forte baisse des prix du pétrole depuis 18 mois, ce qui fait évidement baisser le prix des actifs, y compris les permis.

 

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle