L'Usine Auto

Petite histoire de la voiture low-cost

, , , ,

Publié le

Vous avez aimé la Tata Nano ou la Dacia Logan ? Vous deviendrez alors sans doute un adepte de la dernière-née de la famille low-cost : la RE 60 signée Bajaj.

Petite histoire de la voiture low-cost © D.R.

Le leader mondial des trois roues et le deuxième fabricant de motos au monde vient en effet de dévoiler son automobile destinée aux populations indiennes les plus modestes. Cette nouvelle venue dans le monde du "bas cout" pourrait laisser penser que toute la planète automobile a fait de ce segment son nouveau graal. Mais il n'en est rien.

La voiture low-cost, c'est tout le contraire même : une quête que les constructeurs poursuivent depuis leurs premiers tours de roue. Ford et son modèle T en 1908, Fiat et sa 500 (la Topolino) en 1936, Volkswagen et sa Coccinelle en 1938, Citroën et sa très petite voiture plus connue sous le nom de 2CV en 1948, Renault et sa 4L en 1961...

De tout temps, les industriels ont tenté de mettre au point des voitures populaires, des automobiles de masse que le plus modeste des ouvriers ou des paysans pourrait acquérir. De la Logan à la 2CV, leur principal point commun réside dans leur cahier des charges simplissime.

Celui de la 2CV, par exemple, tenait en une phrase : "quatre roues sous un parapluie capable de traverser un champ sans casser d'œufs". Celui de la Cox également. Hitler imposa à Ferdinand Porsche de concevoir une voiture à moins de 1000 reichsmarks. 60 ans plus tard, Renault puis Tata utiliseront la même contrainte pour demander à leurs ingénieurs de mettre au point la Logan (la voiture à 5000 euros) ou la Nano (la voiture à 100 000 roupies).

Autre similitude autour de ces projets : leur caractère innovant. Contrairement aux idées reçues, de la Ford T à la Logan, ces véhicules ne réutilisent pas ou très peu de composants sur étagère. Compte tenu de leur contrainte en termes de coût, ces voitures obligent à repenser l'architecture ou à mettre au point de nouvelles technologies.

Ferdinand Porsche inventa un moteur 4 cylindres, léger etrefroidi par air, pour permettre à la Coccinelle de ne consommer que 8 litres aux 100 km. Pour la 2CV, Pierre-Jules Boulanger, le patron de Citroën, recruta des ingénieurs issus du monde aéronautique pour travailler sur la légèreté et les matériaux. La Ford T, elle, a exigé le développement de nouvelles méthodes d'organisation industrielle (segmentation des taches, standardisation, travail à la chaine...).

Des principes qui sont aujourd'hui mis en œuvre dans toutes les usines du monde. Avec l'arrivée de la Bajaj RE60, une dernière question se pose : quelle bonne pratique, la dernière-née de la famille low-cost, laissera-t-elle en héritage ?

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

09/01/2012 - 11h44 -

Depuis toujours peut être pas mais enfin depuis longtemps. Il suffit de reprendre Smith et la manufacture d'épingles... Comme vous le dite le début du 20ième siècle marque l'application générale et intensive des ces principes finalement relativement anciens
Répondre au commentaire
Nom profil

09/01/2012 - 07h43 -

@moi0 : merci pour vos remarques. En ce qui concerne la segmentation des tâches, vous dites que cela existait depuis toujours, ce n'est pas exact. On peut considérer que le premier essai de standardisation du travail a été mené lors de la guerre de sécession avec l'American system of manufacturing. Mais ce système permettait d'abord de produire des fusils rigoureusement identiques afin des les "réparer" facilement sur le champ de bataille en subsitituant une pièce de l'un par une pièce de l'autre. Ford reprend à son compte cette idée mais pousse la logique beaucoup plus loin jusqu'à créer une chaine d'assemblage. Il a mis ainsi en pratique la théorie échaffaudée par Taylor en 1897.
Répondre au commentaire
Nom profil

07/01/2012 - 21h36 -

La Ford T est sortie en 1908. Fabrication à la chaine à partir de 1914. La segmentation des taches : ça existe depuis toujours ou presque : standardisation, travail à la chaine : ça existait depuis le 19ième siècle. La véritable innovation d’Henry ford est d’avoir appliqué tout cela à la fabrication automobile. Quant à la Logan, elle est quasi uniquement constituée de pièces d’anciennes Renault : plate forme, boite de vitesse, moteur, compteur, poignées de portes…
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte