Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Petit repli en vue à Wall Street, hausse en Europe

Publié le

par Marc Angrand

Petit repli en vue à Wall Street, hausse en Europe
Wall Street est attendue en légère baisse jeudi alors que les Bourses européennes progressent à mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 0,4% vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,16% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,51%. /Photo prise le 18 septembre 2019/REUTERS
© Reuters Staff

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en légère baisse jeudi alors que les Bourses européennes progressent à mi-séance, soutenues principalement par les valeurs bancaires, au lendemain des annonces de la Réserve fédérale, qui a répondu aux attentes avec une baisse de taux d'un quart de point mais semble moins disposée à poursuivre l'assouplissement de sa politique monétaire.

Les contrats à terme sur les principaux indices américains suggèrent un repli d'environ 0,3% dans les premiers échanges.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,4% à 5642,95 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,16% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,51%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,25%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,37% et le Stoxx 600 de 0,28%.

La baisse d'un quart de point du taux des "fed funds" de la Fed n'a guère surpris mercredi mais les divisions au sein du comité directeur de la banque centrale américaine et les déclarations de son président, Jerome Powell, laissent entendre qu'elle sera patiente et exigeante avant de décider d'une éventuelle baisse supplémentaire.

"Jerome Powell a tenté de ménager la chèvre et le chou en parlant des perspectives favorables de l'économie américaine, mais aussi d'une croissance mondiale plus faible et des risques commerciaux. Il est toutefois de moins en moins sûr qu'une nouvelle baisse intervienne avant la fin de l'année", commente Emmanuel Auboyneau, gérant associé d'Amplegest.

De leur côté, la Banque du Japon (BoJ), la Banque nationale suisse (BNS) et la Banque d'Angleterre (BoE) ont laissé leur politique inchangée, la BoJ évoquant toutefois la possibilité de nouvelles mesures de soutien dans les prochains mois.

VALEURS

L'indice Stoxx du secteur bancaire européen gagne 1,62% après trois séances consécutives de baisse, profitant à la fois du ton plus prudent de la Fed et de son président sur la baisse des taux et du mouvement de fond de rotation sectorielle en cours depuis plusieurs semaines.

A Paris, Société générale (+2,45%), Crédit agricole (+2,17%) et BNP Paribas (+1,47%) figurent parmi les meilleures performances du CAC 40.

Plus forte progression du Stoxx 600, le courtier en ligne britannique IG Group bondit de 9,26% après l'annonce d'une hausse de son portefeuille de clients et d'une amélioration de ses volume d'activité.

A la baisse, ArcelorMittal cède 3,67% après l'avertissement sur résultats de son concurrent américain US Steel.

TAUX

Les rendements obligataires européens sont orientés à la hausse après les déclarations de la Fed réduisant la probabilité estimée de nouvelles baisses de taux.

Celui du Bund allemand à dix ans prend près de deux points de base à -0,495%; son équivalent américain est stable autour de 1,782%.

La hausse est plus marquée pour les rendements italiens, notamment le deux ans, qui remonte de près de quatre points à -0,206% après les résultats très inférieurs aux attentes de la nouvelle opération de refinancement à plus long terme ciblée (TLTRO) de la Banque centrale européenne (BCE).

Ces opérations sont parfois utilisées comme une opportunité d'opérations de portage pour financer des achats d'obligations offrant des rendements plus élevés, comme les titres italiens.

CHANGES

Le dollar est reparti à la baisse et efface la majeure partie de ses gains de mercredi face à un panier de devises de référence (-0,25%).

L'euro s'apprécie de plus de 0,3% face au billet vert à 1,1063.

Le franc suisse, lui, s'achemine vers sa plus forte hausse sur une séance contre le dollar depuis un mois, de l'ordre de 0,6%, après le statu quo de la BNS. Contre l'euro, la devise helvétique s'apprécie de 0,3%.

La livre sterling n'a pratiquement pas réagi au statu quo de la Banque d'Angleterre, largement anticipée par les cambistes.

PÉTROLE

Les cours du brut sont de nouveau en hausse marquée après deux séances de repli, la montée des risques géopolitiques après les attaques de samedi en Arabie saoudite reprenant le dessus.

Le Brent cède 2,11% à 64,94 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,67% à 59,08 dollars.

(Édité par Patrick Vignal)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle