Petit éloge des détails

Ingénierie et design sont les deux volets inséparables de la conception des objets (produits, services, machines, systèmes) dès lors qu’ils ont un usager, un utilisateur, un opérateur ou un consommateur. Pour L’Usine Nouvelle, Alain Cadix, ancien directeur de l'ENSCI-Les Ateliers, conseiller (technologie et design) au CEA / CEA Tech, membre de l'Académie des technologies, expose régulièrement sa vision du design, comme approche renouvelée de la conception, et montre son importance pour l’industrie française et sa compétitivité. 

Partager
Petit éloge des détails

Dans ses Carnets, Léonard de Vinci écrivait : "Les détails font la perfection et la perfection n’est pas un détail". Le grand maître savait ce dont il parlait, lui dont les œuvres, de toutes natures, en sont si riches. Des historiens de l’art, Daniel Arasse en tête, ont montré combien les détails, notamment en peinture, pouvaient être des révélateurs. L’étude des détails permet "une autre histoire de la peinture, une histoire rapprochée des pratiques du pinceau (donc de la technique, NDLR) et du regard" des peintres.

En design aussi, le détail est essentiel, je veux dire dans la création-conception des objets industriels (dans le sens contemporain de chacun des deux mots). Le détail peut jouer sur plusieurs registres : esthétique, fonctionnel, expérientiel. Le détail dont il est question ici est le fruit du croisement d’un regard sagace porté sur le monde et d’une exigence qualitative que permettent une maîtrise technique et une rigueur de conception.

Le détail esthétique est d’une grande exigence

Le détail esthétique ne participe pas à l’usage de l’objet. On trouve ce détail dans le traitement d’une surface, dans la recherche d’un effet visuel ; dans le rayon d’un congé ou l’angle d’un chanfrein ; dans un ajustement de deux surfaces, une jointure, un raccord ; dans l’arrondi d’une graphie, dans les nuances de couleurs d’une icône tactile. Il est partout où un petit supplément d’âme peut être apporté à l’objet afin de le rendre plus beau ou désirable mais avant tout, de lui permettre de révéler ses qualités, de parler de lui-même.

Ce petit supplément se fonde sur les qualités professionnelles du créateur-concepteur. Il doit avoir une solide expertise, parce que la réalisation technique de ce type de détail appelle une grande connaissance, selon les cas, des propriétés des matériaux, des process de fabrication et de finition, des possibilités d’algorithmes, des conditions de leur mise en œuvre, de leurs coûts,… Le créateur-concepteur apporte un soin particulier à la recherche argumentée de l’excellence, à la quête raisonnée de la perfection, parce que la qualité de l’achèvement est un point-clé de différenciation et un facteur de performance économique. Elle est par ailleurs la signature de l’objet, de sa marque, celle aussi du créateur-concepteur lui-même (ou, de plus en plus souvent, de l’équipe de créateurs-concepteurs). Enfin, elle révèle une relation affective à l’objet : à celle du designer, par les soins et attentions qu’il porte aujourd’hui à sa création, fait écho celle de l’usager ou de l’utilisateur, par les égards qu’il lui manifestera demain.

Le détail fonctionnel est le fruit d’un regard affûté sur les pratiques des gens

Je me souviens ici de l’exposition "La grandeur du détail" de l’agence Sismo Design au Lieu du design à Paris en 2014. Les designers avaient présenté une collection d’objets dont un détail les rendait plus pratiques, maniables, moins risqués à l’usage,… Là, pêle-mêle, il y avait un mug à thé où une simple petite encoche évitait la chute de la ficelle et de l’étiquette du sachet dans le liquide bouillant ; une aiguille dont le chas permettait le passage du fil par le haut et le retenait ensuite ; des gants équipés de senseurs au bout des doigts pour l’usage d’écrans tactiles par grand froid ; un Handy Bag dont le lien de fermeture était attaché en haut du sac, à l’extérieur, toujours à portée de main ; un stop-goutte qui permettait de verser la juste dose d’un liquide (huile, en l’espèce) et évitait, en fin d’usage, de souiller le bouchon de la bouteille ; un taille-crayon qui éjectait les mines cassées ; etc. Certains se retrouvent désormais dans le commerce. Etaient-ce des gadgets ? Ces derniers séduisent en général par leur caractère original mais ne se révèlent pas finalement d’une grande utilité. Là, la plupart des détails étaient autant de réponses à des contrariétés, des petits désagréments vécus par les gens dans leurs pratiques quotidiennes et dans l’usage des objets usuels. Les détails sont partout, logés dans l’habitacle d’une voiture, suspendus à un meuble de cuisine, accrochés au mur d’une classe d’école, fixés à la potence d’un bloc opératoire, nichés dans le code d’une application numérique complexe,…

Pour proposer des détails pertinents, il faut beaucoup d’observation et suffisamment de créativité. De la technique aussi. C’est dans l’observation fine, détaillée des pratiques des gens que germent les idées de ces "compléments d’objets directs" (Sismo) de la vie ordinaire. Et puisque la mode est au "design thinking", on pourrait imaginer qu’elles naissent d’un processus de co-conception avec des usagers de mugs, de bouteilles d’huile, d’aiguilles à coudre ou de taille-crayons, mais aussi avec des automobilistes, des professeurs, des chirurgiens, des opérateurs de systèmes complexes,…

Faire de la qualité du détail une exigence d’école

Le soin et la qualité du détail, outre qu’ils sont une preuve de l’amour du créateur-concepteur pour le bel ouvrage, sont révélateurs de la qualité du regard qu’il porte sur le monde qui l’entoure et de sa maîtrise technique. En design aussi l’étude des détails permet "une histoire rapprochée (de la technique) et du regard". C’est pourquoi il me paraît évident que la pratique exigeante du détail devraient occuper une belle place dans la pédagogie des écoles de design et, plus largement, de toutes les écoles de création-conception, donc aussi d’ingénierie.

Alain Cadix, ancien directeur de l'ENSCI-Les Ateliers, conseiller technologie et design au CEA / CEA Tech, membre de l'Académie des technologies

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS