Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

[Perturbateurs endocriniens] Les industriels de la chimie jouent la carte de la vulgarisation

Aurélie M'Bida , ,

Publié le

L'Union des industries chimiques a lancé lundi 23 octobre son site Internet avec, pour volonté affichée, de répondre aux inquiétudes du public sur les perturbateurs endocriniens.

[Perturbateurs endocriniens] Les industriels de la chimie jouent la carte de la vulgarisation © Union des industries chimiques (UIC)

Ne dit-on pas que la meilleure défense, c'est l'attaque? Avant même qu'une quelconque association de consommateurs ne le fasse et que la démarche soit assimilée à du lynchage d'industriels, la chimie se rebiffe et lance son site Internet : "Pertubateurs endocriniens : parlons-en!". Plus précisément, l'Union des industries chimiques (UIC) souhaite initier la communication sur le sujet, pour répondre aux préoccupations exprimées par le grand public. L'idée est de référencer et aider les consommateurs à identifier les perturbateurs endocriniens dans l'ensemble des produits raffinés vendus sur le marché, au travers d'un propos pédagogique "factuelle et une volonté de vulgarisation", exprime l'Union.

"La perturbation du système endocrinien, qu’elle résulte d’une exposition à des produits chimiques naturels ou synthétiques, est un sujet de débat dans la communauté scientifique", rappelle l'UIC dans un communiqué du 23 octobre. "Très peu d’études permettent aujourd’hui d’établir une relation de cause à effets non discutable entre l’apparition de maladies ou troubles chez l’homme et l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Cependant, certains effets néfastes des perturbateurs endocriniens observés majoritairement chez l’animal, et l’augmentation inexpliquée de la fréquence de certaines maladies chez l’homme, appellent à la vigilance". Loin de nier l'existence des perturbateurs endocriniens, la filière qui pèse 71 milliards d'euros de chiffre d'affaires veut prendre la parole et passer à l'offensive pour se défendre.

Communication encadrée

On retrouve sur le portail  "Perturbateurs endocriniens : Parlons-en!" : un onglet "L'essentiel" dans lequel le système hormonal est disséqué en onze points, pour mieux comprendre comment fonctionnent nos glandes et quel est leur rôle dans notre organisme; un volet "Pour aller plus loin" qui détaille (sans les sourcer) le résultats d'études sur le lien de cause à effet entre certains troubles (fertilité, puberté…voire cancer) et les perturbateurs endocriniens; un troisième onglet recense des publications qui démontrent – exemple à l'appui – l'absence de responsabilité de la chimie dans l'occurrence de troubles; un onglet "Questions/Réponses" donne la parole aux internautes via une FAQ prédéfinie.

La définition des perturbateurs endocriniens est en débat au niveau européen depuis trois ans. Après des mois de tergiversations, la Commission européenne avait fini par tomber d’accord et les représentants des États membres de l’Union européenne avaient adopté, le 4 juillet dernier, les critères de définition des perturbateurs endocriniens. L'objectif était d'identifier précisément quelles substances sont des perturbateurs endocriniens et tombent sous le coup des réglementations sanitaires. Mais trois mois plus tard, patatras ! Le Parlement européen a rejeté les critères proposés par la Commission, et sommé celle-ci de présenter un nouveau projet de texte. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus