Pérou: Castillo vers une victoire à la présidentielle sur fond d'accusations de fraude

par Marcelo Rochabrun et Marco Aquino

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pérou: Castillo vers une victoire à la présidentielle sur fond d'accusations de fraude
A Lima. Le socialiste Pedro Castillo conservait jeudi une courte avance sur sa rivale Keiko Fujimori après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins pour l'élection présidentielle au Pérou, alors que les autorités électorales se sont réunies pour examiner des bulletins contestés. /Photo prise le 9 juin 2021/REUTERS/Sebastian Castaneda

LIMA (Reuters) - Le socialiste Pedro Castillo conservait jeudi une courte avance sur sa rivale Keiko Fujimori après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins pour l'élection présidentielle au Pérou, alors que les autorités électorales se sont réunies pour examiner des bulletins contestés.

Pedro Castillo, un enseignant novice en politique qui a gagné en popularité en promettant de réviser la Constitution et de redistribuer les richesses, était crédité de 50,2% des suffrages, devançant sa rivale conservatrice de 71.441 voix.

Quelque 300.000 bulletins contestés sont examinés par un jury électoral, un processus devant s'étaler sur plusieurs jours et qui pourrait décaler l'annonce de l'identité du prochain chef de l'Etat, alors que Francisco Sagasti assure l'intérim jusqu'à fin juillet.

Aux yeux d'analystes, toutefois, ces bulletins ne devraient pas faire basculer le scrutin.

"Pedro Castillo est à coup sûr le prochain président", a déclaré Eileen Gavin, analyste pour la région chez Verisk Maplecroft, firme basée au Royaume-Uni.

Keiko Fujimori, fille de l'ancien président Alberto Fujimori, dénonçait mercredi soir 500.000 votes suspects, sans fournir toutefois de preuve de ses dires.

"Il est crucial que ces (accusations) soient analysées dans le décompte final", a-t-elle dit, ajoutant ne pas accuser les autorités électorales d'être complices d'une malversation.

L'organe chargé de superviser la légalité du processus électoral a déclaré que jeter sans preuve une ombre sur les résultats du scrutin et appeler à des manifestations, comme l'ont fait les deux camps depuis dimanche après la fermeture des bureaux de vote, était "irresponsable".

"Ils nourrissent un climat de polarisation sociale et affaiblissent les organes électoraux", a ajouté le tribunal d'éthique du Jury national électoral (JNE) dans un communiqué publié jeudi matin via Twitter.

Les observateurs du scrutin ont déclaré que le vote s'était déroulé normalement. Le parti de Pedro Castillo a rejeté les accusations de fraude.

Ces accusations pourraient entraîner des semaines de confusion et de tensions après une campagne électorale qui a accentué les divisions dans le pays, à l'image de l'élection présidentielle aux Etats-Unis l'an dernier.

Des centaines de partisans des deux camps sont descendus dans la rue pour afficher leur soutien à leur candidat de choix, dans un climat globalement pacifique, avec parfois des musiciens et danseurs.

Le Pérou a connu trois présidents en une semaine, l'an dernier, sur fond de scandales politiques et de manifestations, une crise que l'épidémie de coronavirus est venue amplifier.

(version française Jean Terzian)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS