Pernod Ricard promet une hausse de ses marges pour faire mentir le fonds Elliott

Pernod Ricard a fait part de ses prévisions pour l'année 2019 le 7 février. Le numéro deux mondial des spiritueux entend faire mentir le fonds activiste Elliott grâce à l'augmentation de ses ventes.

Partager
Pernod Ricard promet une hausse de ses marges pour faire mentir le fonds Elliott
Pernod Ricard a fait part de ses prévisions pour l'année 2019 le 7 février. REUTERS / Christian Hartmann

Pernod Ricard, cible du fonds activiste Elliott, a relevé jeudi 7 février son objectif de résultat opérationnel annuel après un premier semestre très supérieur aux prévisions et a dévoilé les objectifs d'un nouveau plan stratégique bien accueilli par les investisseurs.

"Notre meilleur semestre depuis 2011"

Le numéro deux mondial des spiritueux, propriétaire du cognac Martell, du whisky Jameson ou de la vodka Absolut, a annoncé viser une accélération de sa croissance organique et une amélioration de sa rentabilité dans le cadre d'un plan à trois ans baptisé "Transform & accelerate" mis en place en juillet.

"Nous avons réalisé notre meilleur semestre depuis 2011 et récoltons les premiers résultats de ce plan", a déclaré à Reuters Alexandre Ricard, PDG du groupe, lors d'une interview téléphonique.

En réponse aux demandes d'Elliott, qui plaide pour plus de marges via des compressions massives des coûts, il a dit espérer que sa stratégie consistant à "créer de la valeur dans la durée" plaise à "tous les actionnaires".

Pernod-Ricard table sur une hausse des ventes

Le groupe, qui a dépassé les objectifs de croissance qu'il s'était fixés en 2015, et table maintenant sur une hausse de ses ventes de 4% à 7% par an à changes constants d'ici à 2020-2021.

"Si toutes les étoiles sont alignées [...] la croissance pourrait se situer dans le haut de la fourchette", a précisé Alexandre Ricard devant les analystes, tout en se disant prudent face à un environnement économique mondial "incertain".

Alors que le PDG n'avait pas livré jusqu'ici d'objectifs de rentabilité à moyen terme aux investisseurs, le groupe a dit anticiper une progression annuelle de sa marge opérationnelle de 50 à 60 points de base dans les trois ans à venir.

Si la croissance organique des ventes est passée de 2% seulement 2015 à 6% en 2018, la marge opérationnelle, elle, est restée quasiment stable à 26,2% (27% selon les nouvelles normes comptables), quand celle du britannique Diageo, numéro un mondial du secteur, a atteint 31,4% en 2017.

Le groupe n'entend pas vendre son champagne

Pour atteindre ses objectifs de rentabilité, Pernod Ricard mise sur le levier de la croissance, tirée notamment par les très puissants moteurs que sont Martell en Chine ou Jameson aux États-Unis, et sur de nouvelles économies.

Un nouveau plan de 100 millions d'euros de réductions de coûts est ainsi prévu d'ici à 2021, succédant à celui de 200 millions en cours, qui sera achevé avec un an d'avance en juin 2019.

Par ailleurs, Pernod Ricard poursuivra la gestion "dynamique" de son portefeuille, a précisé le PDG, excluant toutefois la vente de ses champagnes Mumm et Perrier-Jouët. Moins rentable, le champagne n'en demeure pas moins essentiel aux réseaux des bars et des restaurants.

Des chiffres salués par le marché

Le groupe a vu son résultat opérationnel courant grimper de 12,8% au premier semestre, dépassant largement les 9,3% prévus par les analystes, en partie grâce au calendrier du nouvel an chinois et aux livraisons anticipées de cognac vers la Chine.

Fort de ce résultat, il a revu en hausse sa prévision pour l'exercice en cours, tout en indiquant que la croissance serait inférieure au second semestre.

Il table désormais sur une hausse du ROC comprise entre 6% et 8% à changes constants en 2018-2019, au lieu des 5%-7% prévus auparavant, avec une marge en progression de 50 points de base.

Les ventes ont quant à elles signé une croissance organique de 7,8% (à 5,18 milliards d'euros), avec toutefois un ralentissement plus fort que prévu au 2e trimestre (+5,6%).

Ces chiffres, jugés solides, ont été salués par le marché, le titre Pernod Ricard prenant 1,1852% à 149,4 euros à 13h03 - alors que le CAC 40 cédait 0,75% - après un sommet historique à 151,90 euros touché en matinée.

Ses multiples de valorisation atteignent 21,88 fois les bénéfices estimés pour le prochain exercice, contre 21,38 pour Diageo et 29,17 pour Rémy Cointreau, plus proche des valeurs du luxe par son positionnement très haut de gamme.

Elliott ne réagit pas

Interrogé, Elliott n'a pas souhaité réagir à cette publication.

Le fonds américain a pris 2,5% du capital de Pernod Ricard en novembre 2018, lui réclamant plus de marges, au regard de celles de Diageo, ainsi qu'une gouvernance plus indépendante de la famille Ricard qui, avec son allié historique GBL, contrôle 22,5% du capital et plus du tiers des droits de vote.

Depuis, les discussions ont été "courtoises", aux dires des deux parties, tandis que Pernod Ricard a fait évoluer sa gouvernance, "comme il le fait depuis trois ans [...] et comme il continuera de le faire selon un calendrier clairement établi par le groupe", a précisé Alexandre Ricard, tenant à faire entendre qu'il n'agissait pas sous la pression.

Avec Reuters (Pascale Denis avec Dominique Vidalon, édité par Jean-Michel Bélot)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

REMY COINTREAU

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS