Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Pernod Ricard, champion des vins… non français

,

Publié le

Au marché hexagonal, le numéro deux mondial des vins et spiritueux, a préféré les vins du Nouveau Monde. Sans regrets.

Pernod Ricard, champion des vins… non français
Le vignoble de Campo Viejo, en Espagne.

Chez Pernod Ricard, notre savoir-faire est avant tout lié à la construction de marques », explique Bruno Rain, qui dirige la division Winemakers. Alors qu’il était présent dans les vignobles français avec la Société des vins de France, le numéro deux mondial des vins et spiritueux a jeté l’éponge en 1992 en la cédant à Castel. Jugeant le marché français trop peu rentable, en recul et atomisé, et pris dans le carcan des AOC, qui imposent des règles très strictes.

Le groupe français a préféré fabriquer des marques internationales à partir des vins du Nouveau Monde. Avec, là-bas, des surfaces de vignes immenses qu’il est possible d’irriguer, des techniques de vinification qui assurent une qualité constante, et une priorité donnée au marketing en « construisant des gammes et en misant sur la typicité du raisin (chardonnay, cabernet sauvignon…), pour que le consommateur s’y retrouve ».

À coups de croissance externe, il s’est implanté depuis 1989 en Australie, en Argentine, en Nouvelle-Zélande, en Espagne, en Chine et, en 2014, sur un site californien pour se renforcer sur le marché américain. Aujourd’hui, les quatre marques les plus stratégiques de Winemakers représentent plus de 5 % des 8,7 milliards d’euros du chiffre d’affaires à juin 2016 de Pernod Ricard. « Winemakers croît plus vite que le marché du vin, sur lequel nous sommes les seuls à avoir un portefeuille aussi large avec six pays d’origine », assure Bruno Rain.

Sur les marchés domestiques du groupe comme à l’export, la commercialisation des vins est souvent assurée par les équipes déjà chargées du champagne au sein des filiales. Pour perdurer, Pernod Ricard mise sur l’excellence dans la fabrication de vins, « à la frontière entre l’art et l’industrie ». « Nous avons historiquement essayé de concentrer nos efforts et modernisé nos établissements vinicoles, précise Bruno Rain. Certains sont spectaculaires, comme Campo Viejo en Espagne, qui allie process, esthétique et efficacité industrielle. » Sans oublier l’innovation. Lancés il y a deux ans, les vins australiens Jacob’s Creek Double Barrel, vieillis quelques mois en fûts de whisky écossais ou irlandais, sont déjà dégustés dans vingt-six pays.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle