L'Usine Agro

Pernod-Ricard affiche de solides résultats

,

Publié le

Le groupe de spiritueux a fait mieux que prévu. Pernod-Ricard, qui présentait ce matin ses résultats annuels 2010-2011, a fait une très bonne année. Chiffre d'affaires et résultat opérationnel ont progressé chacun de 8 %. 7,643 milliards d'euros pour le premier, et 1,909 milliard d'euros pour le second. Le résultat net part du groupe grime lui de 10 % à 1,045 milliard.

Pernod-Ricard affiche de solides résultats © D.R.

Les ventes du portefeuille des 14 marques stratégique de spiritueux et de champagne, qui comptent pour près de 60 % du chiffe d'affaires global du groupe, progressent de 10 % en valeur et de 6 % en volumes. Elles sont toutes en croissance sauf Kahlua. Cinq marques enregistrent des croissances à deux chiffres en valeur : les whiskies Jameson (+20 %) Glenlivet (14 %) et Royal Salute (+27 %), le cognac Martell (+22 %) et le champagne Perrier-Jouët. Les ventes de vins sont stables, après un recul de 2 % l'an dernier.

Sur les zones géographiques, les pays émergents voient leur chiffre d'affaires progresser de 17 % et représentent désormais 37 % des ventes du groupe. Le chiffre d'affaires en Chine progresse de 23 % notamment grâce à Martell, aux scotch whiskies et au vin Jacob's Creek. En Inde (+33 %), le groupe enregistre de très bonnes performances avec des marques locales de whisky.

Les marchés matures sont en progression de 1,5 %, notamment la France (+4 % de croissance interne) grâce à la nouvelle bouteille Ricard, et les Etats-Unis. Le groupe a été pénalisé sur le marché espagnol (-5 %) : "C'est notre quatrième marché au niveau mondial en termes de profits, rappelle Pierre Pringuet, directeur général du groupe. C'est un marché dont les fondamentaux sont solides, mais je crains que nous n'ayons encore une année de consommation difficile".

Enfin, aidé par l'évolution des devises, le groupe a réduit de 1,5 milliards d'euros son endettement : la dette nette atteint désormais 9 milliards. "Notre priorité reste le désendettement du groupe", a rappelé Gilles Bogaert, directeur financier du groupe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte