Pénurie : la moitié des pompes "spéciales poids lourds" à sec

Le réseau Total de stations spécialement adaptées aux transporteurs routiers était vide pour la moitié d'entre elles, à 10 heures ce matin, et presque vide en fin de journée. La France a commencé à puiser dans ses stocks pétroliers stratégiques pour pallier les perturbations provoquées par les grèves dans les raffineries et les terminaux pétroliers.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pénurie : la moitié des pompes

Les 12 raffineries ont reconduit la grève ce matin, annonce la CGT. Le blocage des dépôts rend impossible la livraison des stations-services. La France a commencé à puiser dans ses stocks pétroliers pour pallier les perturbations dans l'approvisionnement en carburant provoquées par les grèves dans les raffineries et les terminaux pétroliers, a déclaré lundi un responsable de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Pour l'instant, le recours aux stocks ne touche que ceux détenus par les industriels, qui représentent

Plus de 90 jours de stock

Aad Van Bohemen, responsable du département des politiques d'urgence de l'AIE, a précisé que les stocks français étaient supérieurs au plancher prévu par l'organisation, qui coordonne les politiques énergétiques des principaux pays industrialisés. L'AIE impose à chacun de ses pays membres de détenir en permanence en réserve au moins 90 jours de consommation moyenne de pétrole brut et/ou de produits finis. En France, ces stocks sont répartis équitablement entre brut et produits raffinés. Au dernier pointage, les stocks français représentaient 98 jours de consommation, a précisé Aad Van Bohemen.
30 jours de consommation. Les 60 jours de réserves obligatoires restants sont détenus par la Sagess (Société anonyme de gestion des stocks de sécurité), un organisme contrôlé par l'État. L'utilisation de ces stocks ne nécessite pas d'autorisation préalable de l'AIE puisque les perturbations en France résultent d'un problème "local", a expliqué Aad Van Bohemen.

Le gouvernement, qui a promis d'empêcher tout blocage du pays, a commencé à procéder à des réquisitions de salariés sur certains sites, comme à Grandpuits (Seine-et-Marne). Les terminaux pétroliers de Fos-Lavera dans les Bouches-du-Rhône demeurent l'un des principaux points de blocage du pays, pour leur vingt-deuxième jour de grève consécutif.

Pour être tenu au courant de la situation concernant l'essence disponible dans les stations-service, le site Carbeo.com propose une carte : basée sur la contribution des internautes, cette carte est donc mise à jour selon les observations des automobilistes. La carte Google Map permet de visualiser l'emplacement de chaque pompe où sévit la pénurie. En cliquant sur les marqueurs, vous pourrez voir l'adresse et le nom des stations.


Problème : peu avant midi, le site de la seule carte des stations en rupture est devenu inaccessible... Et depuis, l’accès se fait intermittent. Initialement, Carbeo vise à présenter «gratuitement les promotions, services et prix des carburants pratiqués dans les stations-service de France» : son site n'est pas préparé aux grandes affluences. A défaut de carte accessible :

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les transporteurs à sec

Une grande majorité des stations délivrant du gasoil aux poids lourds sont à sec, y compris des régions jusqu’à ce matin épargnées comme l’Ile-de-France et le Nord, note truck blog, le blog qui se veut la chambre d'écho des routiers. La moitié du réseau AS24 (soit une centaine de stations) sont en rupture de carburant depuis hier soir. Cette filiale du groupe Total propose des stations spécialement destinées aux professionnels poids lourds, ouvertes 24h sur 24 , avec des «pistes larges, des pistolets haut débit, double pompe étudiées pour les poids lourds », positionnées par rapport à leurs besoins pour « éviter les kilomètres parasites ».


Seul recours : les cuves appartenant aux transporteurs. Là encore, elles ne sont pas réapprovisionnées, les dépôts de carburant étant bloqués. Certains annoncent déjà qu’ils ne pourront pas tenir au delà de mercredi dans le meilleur des cas, fait savoir truck blog. En fin de journée, les stations AS24 étaient presque toutes vides, selont le patron des Transporteurs bretons interrogé par l'Usine Nouvelle.

Un quart des pompes de supermarché en rade

Selon l'Union des importateurs indépendants pétroliers, entre 20 et 25% des stations de la grande distribution sont à sec. «On peut penser que sur les 4000 stations de la grande distribution qui distribuent 60% du carburant en France, il y en a quelque 1500 en rupture d'un produit ou totalement à sec», a déclaré Alexandre de Benoist, délégué général de l'UIP (grande distribution).

La Bretagne est en particulier dans une situation tendue. «Tous les dépôts de Bretagne rencontrent une difficulté actuellement. Soit ils sont bloqués de l'extérieur, soit ils sont en grève (...), ça provoque une vraie rupture d'approvisionnement sur les stations», a expliqué le délégué général.

Les prix à la pompe flambent

Last but no least, les pétroliers semblent se rattraper sur le montant de la facture. Sur carbeo.com, on apprend que le gasoil coûte aujourd'hui lundi entre 1,089 euro et 1,420. Pour le sans plomb 98, comptez entre 1,319 euro 1,560. Sur le réseau social Twitter, l'internaute Sandiet a même trouvé pire. Dans une station de Besançon, le litre de gasoil à 1, 45 euro ! «Négligence ou fait exprès», la plupart des indicateurs du comparateur de prix des carburants du gouvernement n'a pas été mise à jour depuis ce week-end, note Le Post.

Sanctions. C'est la menace brandie par Christine Lagarde. La ministre de l'Economie prévient, dans Le Figaro : « Il ne faut pas que les pompistes s'amusent, sous prétexte qu'il y a une perception de rareté, à augmenter les prix ». Avant d'ajouter sur Europe 1 : « si nous constatons des comportements abusifs, j’ai sous mon autorité la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et nous serons extrêmement attentifs à des comportements qui seraient abusifs. Ils seront sanctionnés ! »



%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS