Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Pénurie d'oeufs : "nous perdons 50000 euros par mois"

, ,

Publié le

Entretien Une évolution des normes européennes pour les élevages de poules pondeuses provoque actuellement une pénurie d'oeufs sur le marché. Cette crise a déjà de sérieuses conséquences industrielles. Samuel Dujardin est responsable des achats chez Tartefrais, une PME normande spécialisée dans la pâtisserie. Il décrit pour L'Usine Nouvelle la situation de sa société.

Pénurie d'oeufs : nous perdons 50000 euros par mois © Nickwheeleroz - Flickr - C.C.

L'Usine Nouvelle- Quel est l'impact de cette pénurie sur votre société ?
Samuel Dujardin- C'est un impact qui se mesure en espèces sonnantes et trébuchantes. Lors de la deuxième quinzaine de mars, le prix de la coule d'oeufs, c'est à dire de l'oeuf entier liquide, était de 220% supérieur à celui de l'année précédente. Conséquence : nous perdons actuellement 40 à 50 000 euros par mois.

Cette situation est très surprenante, tout s'est passé très vite. Il nous faut retourner à la charge auprès de nos clients. Mais les négociations avec la grande distribution sont encadrées par la loi LME, et doivent se dérouler entre octobre et février... Légalement, on ne peut pas négocier aujourd'hui.

Nous avons demandé d'obtenir des marges de négociation, mais pour l'instant nous sommes réduits à compenser la hausse des cours en entamant notre résultat. Pire : on ne sait toujours pas si cette crise est profonde et durable ou si elle est juste saisonnière, avec la proximité de Pâques.

Avez-vous essayé de vous fournir ailleurs?
C'est compliqué, il existe différents types d'ovoproduits. La coule d'oeuf a une durée de vie d'environ dix jours. Il est difficile d'aller en chercher loin, classiquement on peut oublier les autres continents. Et comme la crise d'approvisionnement en oeufs est européenne...

Je dois gérer à vue, à l'échelle d'une quinzaine de jours. Chez Tartefrais, nous sommes une petite entité, je peux encore être livré si j'ai la possibilité d'accepter des surcoûts. Je traite avec des casseries, qui achètent des oeufs sur le marché. Ils ne peuvent plus me fournir au prix habituel, étant donné qu'ils achètent actuellement leur matière première plus cher que leur prix de vente habituel.

Si la crise s'installe, quelle solution pérenne pouvez-vous trouver?
Des industriels nous proposent régulièrement des produits de substitution, à base d'oeufs en poudre. Mais pour la pâtisserie traditionnelle, nous ne pouvons pas remplacer l'oeuf. Faire de la pâtisserie sans oeuf, c'est une hérésie, en tout cas chez nous.

On a des plans d'actions en cours, comme remplacer une partie de la coule d'oeuf par un substitut pour certains produits. Mais il faut obtenir des dérogations, des homologations. Il se dit que les services vétérinaires sont tolérants actuellement sur le sujet, mais ils ne prendront jamais de position officielle.

Pensez-vous que la filière de production d'oeufs a été lente à réagir à la nouvelle norme européenne ?
Effectivement, la Commission européenne a beau jeu de le rappeler : la loi modifiant la norme concernant les élevages a été votée en 1999. Mais les solutions techniques sont arrivées beaucoup plus tard, la nouvelle cage de référence date de 4 ou 5 ans.

De plus, c'est une filière qui est toujours en tension sur les prix, les sociétés ont connu des périodes difficiles. Et l'évolution des installations est tombée en pleine crise, avec de nombreux problèmes d'accessibilité au prêt. Certains ont même arrêté de produire des oeufs, ce qui a encore aggravé les tensions sur les approvisionnements.

Propos recueillis par Rémy Maucourt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle