Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pénibilité : Manuel Valls cède partiellement au Medef à l'approche de la conférence sociale

Elodie Vallerey , ,

Publié le , mis à jour le 02/07/2014 À 08H32

Dabs une interview aux Echos du 2 juillet, le Premier ministre a fait toute une série d'annonces manifestement façonnées pour évier un boycott, par le Medef, de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet.

Pénibilité : Manuel Valls cède partiellement au Medef à l'approche de la conférence sociale © Fondapol - Flickr - C.C

Un report du compte pénibilité et une simplification du code du travail. Dans une interview aux Echos du 2 juillet, le Premier ministre dégoupille les tensions que le Medef a, ces derniers jours, cristallisé sur la conférence sociale des 7 et 8 juillet.

"L'année 2015 sera une année de montée en charge progressive. (...) L'objectif est d'aboutir à une généralisation en 2016, dans les meilleures conditions", consent Manuel Valls, répondant en partie à la demande de la principale organisation patronale d'un report de l'instauration du compte pénibilité à 2016 sous peine de boycott de la conférence sociale.

Suite à la publication de l'interview du Premier ministre, Matignon a précisé à l'AFP que l'entrée en vigueur du compte pénibilité se ferait bien en 2015, mais "la première année sera concentrée sur quatre des dix facteurs de pénibilité les plus faciles à cerner".

compléter la législation sur le temps partiel

Le chef du gouvernement ne souhaite pas de "focalisation" sur le compte pénibilité et de "cristallisation des tensions" autour de ce sujet, même s'il a assuré "comprendre l'inquiétude, l'angoisse, l'exaspération parfois, de beaucoup d'entrepreneurs". Il annonce également qu'il va "reprendre les projets de décret pour aller plus loin dans la simplification et la sécurisation du dispositif".

Un discours que Pierre Gattaz, le président du Medef, a jugé "encourageant" avec des "avancées à regarder", sur son compte Twitter :

La CFDT s'est pour sa part déclarée "fermement opposée au report partiel" de la mise en oeuvre du compte pénibilité, jugeant que cette décision "fragilise" le dispositif.

Même désir de Manuel Valls de rassurer le patronat sur le sujet de la limitation du travail à temps partiel, contre lequel le Medef émet de fortes réserves. "Nous allons compléter la législation sur le temps partiel afin d'écarter tout risque juridique quand des contrats de moins de 24 heures par semaine sont établis avec l'accord individuel du salarié", a expliqué le locataire de Matignon.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle