Pékin réagit à l'enquête de Bruxelles visant les équipementiers télécoms chinois

La Chine a mis en garde jeudi 16 mai l'Union européenne contre une enquête anti-subventions et anti-dumping sur les équipementiers télécoms chinois. Le commissaire européen au Commerce extérieur Karel De Gucht avait confirmé la veille que la Commission était prête à ouvrir une enquête sur ses groupes.

Partager

Pékin réagit à l'enquête de Bruxelles visant les équipementiers télécoms chinois

Pékin avertit Bruxelles. La Chine a mis en garde ce jeudi 16 mai l'Union européenne contre une enquête anti-subventions et anti-dumping visant les équipementiers télécoms chinois. Le possible lancement de cette enquête, précédé d'une phase de dialogue, avait été confirmée la veille par le commissaire européen Karel de Gucht.

Les sociétés européennes du secteur des télécommunications mobiles ont une part de marché "bien plus grande" en Chine que l'inverse, a déclaré le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Shen Danyang lors d'un point presse, dans des propos rapportés par l'AFP . De son côté, pour justifier le lancement d'un enquête, Bruxelles pointe du doigt les exportations des équipementiers télécoms chinois vers l'UE qui s’élèveraient à un milliard d'euros par an.

"Nous espérons que l'Union européenne ne va pas prendre de mesures qui seraient nuisibles aux deux parties", a déclaré Shen Danyang La Chine prendra des mesures pour "défendre ses droits et intérêts légitimes", en accord avec les règlements de l'OMC et ses propres lois si l'UE poursuit son enquête, a ajouté le responsable chinois. "Toutes les conséquences devront être supportées par la partie à l'origine des frictions", a-t-il conclu.

Shen Danyang est également revenu sur le projet de Bruxelles de renforcer lourdement les taxes visant les panneaux solaires chinois. La Commission européenne a en effet proposé la semaine dernière aux Etats membres de l'UE d'approuver pour le 5 juin une taxation provisoire de 47% en moyenne sur les panneaux solaires importés de Chine afin de protéger les firmes européennes du secteur.

L'imposition de tels droits de douane sur les panneaux solaires chinois provoquerait une "grave détérioration" des relations commerciales bilatérales, a estimé ce jeudi Shen Dayang. "Le recours abusif à des mesures commerciales de manière inconsidérée et arbitraire n'aidera pas à résoudre les différends commerciaux et freinera la reprise économique en sapant la confiance", a encore dit le porte-parole chinois précisant que la Chine "ne veut pas de guerre commerciale avec l'Union européenne".

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS