Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Péage transit poids-lourds, emploi des seniors, Arianespace, Vivendi, loi numérique : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

Actualité chargée ce mardi 24 juin. La presse continue de décortiquer le dispositif remplaçant l'écotaxe, et détaille le plan pour l'emploi des seniors. Egalement dans vos journaux : la nouvelle stratégie européenne en matière de lanceurs, l'arrivée de Vincent Bolloré aux commandes de Vivendi et l'avenir du projet de loi numérique.

Les contours de la mini-écotaxe sont encore flous

 

 

En une des Echos, le flou entourant le futur péage transit poids-lourds, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015. De nombreuses zones d'ombre persistent, constate le quotidien économique. Que vont devenir les portiques. Le calendrier (serré) sera-t-il finalement tenu ? L'Etat sera -t-il en position de force pour entrer au capital d'Ecomouv ? Et surtout, comment compenser le manque à gagner généré par le nouvelle version de l'écotaxe ? "En déduisant les 230 millions d'euros de loyer récupérés par Ecomouv', l'écotaxe devait dégager environ 900 millions d'euros pour financer la rénovation des infrastructures de transport. Le péage de transit ne devrait lui en générer guère plus de 300. (…)L'exécutif s'est toutefois bien gardé de préciser jusqu'à présent ce que pouvaient être les ressources alternatives. L'une des pistes est de négocier un avenant avec les sociétés d'autoroutes pour capter une partie du surcroît de recettes qu'elles empocheront, la mise en place du nouveau prélèvement devant générer un report de trafic sur leur réseau. Mais cela restera sans doute insuffisant".

Des mesures en faveur de l'emploi des seniors

La Croix détaille les mesures annoncées par François Rebsamen pour endiguer le chômage des plus de 50 ans. "Pour tenter d’enrayer le phénomène, le gouvernement veut mettre plus de demandeurs d’emploi en alternance. Il va donc demander aux partenaires sociaux de réfléchir aux moyens d’adapter le contrat de professionnalisation, un dispositif destiné aux plus de 26 ans, pour qu’il touche plus de chômeurs seniors. Le plan Rebsamen entend aussi développer les 'immersions en entreprise' des chômeurs, sortes de stages de découverte de l’entreprise. La question de la réforme du contrat de génération sera aussi débattue à la conférence sociale". Le plan prévoit d'accroitre la place des seniors dans d'autres dispositifs existants.

Lanceurs : Arianespace "peut-être" dans la coentreprise Airbus-Safran, selon Stéphane Israël

Quelles seront les conséquences de l'alliance Airbus-Safran dans les lanceurs pour Arianespace ? Stéphane Israël a répondu à BFM Business. "Cette co-entreprise va dans un premier temps réunir les états-majors des ces deux sociétés tournés vers les lanceurs civils. Dans un deuxième temps, ils aimeraient étendre cette coentreprise à Arianespace", en rachetant notamment les parts du CNES. "On peut ainsi imaginer que, dans un deuxième temps, Arianespace en tant que société, va intégrer cette co-entreprise. Et puis, dans un troisième temps, l'ensemble des actifs industriels d'Airbus et Safran seront dans cette entité". "Donc, Arianespace sera, peut-être, dans ce paysage", a-t-il estimé.

 

Vincent Bolloré prend les commandes de Vivendi

Alors que son concurrent Bouygues se démène avec sa filiale télécoms, Vivendi ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Ce 24 juin, Vincent Bolloré en prendra les commandes lors de l'assemblée générale du groupe, en devenant le président du conseil de surveillance. Le Figaro retrace sa montée en puissance et s'interroge sur sa future stratégie. "Après la vente de SFR à Numericable, il disposera de 6 à 7 milliards d'euros de cash. Même si Vivendi a prévu de rendre à ses actionnaires 'près de 5 milliards d'euros en 2014 et en 2015', il lui restera la faculté d'avoir à nouveau recours à la dette pour financer des opérations de croissance externe dans l'audiovisuel et dans le numérique. Car Vivendi est aux premières loges pour constater que les plates-formes numériques Apple, Google, Amazon ou Facebook sont en train d'aspirer toute la valeur des contenus produits".

Le projet de loi sur le numérique en mauvaise posture ?

Dans une interview à NextInpact, Axelle Lemaire, ministre du Numérique, semble préparer les esprits à un abandon de la loi numérique, déjà repoussée en 2015. Le choix des mots n'est pas anodin. "Ce projet de loi est important, mais en deux mois je me suis quand même rendue compte que finalement, beaucoup de ce que j'aimerais faire ne relève pas du domaine de la loi. Ça peut être du règlementaire par exemple, ou ça peut être simplement des actions de mise en oeuvre d'exécution de l'action publique qui seront inscrites dans le projet de loi. J'insiste quand même là-dessus parce que je ne voudrais pas que ce projet de loi soit attendu comme le messie. C'est un moment du calendrier du politique qui va s'insérer dans une action plus large et continue".

Mais la ministre dément dans le même temps que le texte puisse être enterré ou victime d'arbitrages défavorables. "Ce texte est dans l'agenda des priorités gouvernementales. Aucun arbitrage n'est intervenu, sur aucun point".

La ministre évoque de nombreux points dans ce long entretien à lire sur le site NextInpact.

Sylvain Arnulf

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle