Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Péage poids lourds : le gouvernement repousse la mise en oeuvre de la nouvelle écotaxe

, , ,

Publié le , mis à jour le 28/09/2014 À 14H30

Le secrétariat d’Etat a repoussé du 1er janvier aux premiers mois de 2015 la mise en place de la version déjà édulcorée de l’écotaxe.

Péage poids lourds : le gouvernement repousse la mise en oeuvre de la nouvelle écotaxe
Après l'abandon de l'écotaxe, le report du péage poids-lourds est une nouvelle reculade face aux transporteurs.
© ecoumouv - capture vidéo YouTube

Sommaire du dossier

Le gouvernement aurait-il peur des chauffeurs routiers ? L’écotaxe avait déjà été repoussée, modifiée, renommée. Le péage de transit poids lourds, sa version édulcorée, devait être mise en application au 1er janvier 2015. Mais quelques jours après l’annonce d’une expérimentation "à blanc" de portiques de contrôle sur le boulevard périphérique parisien, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, découvre qu’il faut réaliser des modifications législatives. Et qu’il est urgent de repousser le lancement "aux premiers mois de 2015".

pression des professionnels du transport

Il faut dire que les fédérations professionnelles ne s’embarrassent pas de circonvolutions oratoires. "La mise en place de la taxe poids lourds est incompatible et indécente.[…] Les entreprises de transport routier ne peuvent accepter, et plus particulièrement certaines régions ou certains départements, d'être les victimes des égarements passés de la politique française relative aux infrastructures",  indiquait le 25 septembre dans un communiqué la Fédération nationale des transports routiers (FNTR). Deux jours avant, l’Union des entreprises de transport et de logistique de France (TLF) écrivait  "Dans une grande tonitruance, la Mairie de Paris vient de faire connaître son intention de tester un dispositif de péage de transit poids lourds, à compter du 1er octobre 2014, pour une mise en application au 1er janvier 2015. […] Cette gesticulation qui n’aura d’autre effet que d’exacerber la colère des chefs d’entreprise des transports parisiens, reprend en fait les dispositions connues, arrêtées, combattues de l’écotaxe".

Il y a quelques jours, LD Lines, du groupe Louis Dreyfus Armateurs, arrêtait dans l’indéférence presque générale l’autoroute de la mer entre Saint-Nazaire (Loire Atlantique) et Gijón (Asturies), faute de rentabilité, et malgré un taux moyen de remplissage de 75%. La liaison par route est moins coûteuse et l’arrêt des subventions à LD Lines a sonné le glas de la liaison maritime. 

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle