Péage poids lourds : le gouvernement repousse la mise en oeuvre de la nouvelle écotaxe

Le secrétariat d’Etat a repoussé du 1er janvier aux premiers mois de 2015 la mise en place de la version déjà édulcorée de l’écotaxe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Péage poids lourds : le gouvernement repousse la mise en oeuvre de la nouvelle écotaxe
Après l'abandon de l'écotaxe, le report du péage poids-lourds est une nouvelle reculade face aux transporteurs.

Le gouvernement aurait-il peur des chauffeurs routiers ? L’écotaxe avait déjà été repoussée, modifiée, renommée. Le péage de transit poids lourds, sa version édulcorée, devait être mise en application au 1er janvier 2015. Mais quelques jours après l’annonce d’une expérimentation "à blanc" de portiques de contrôle sur le boulevard périphérique parisien, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, découvre qu’il faut réaliser des modifications législatives. Et qu’il est urgent de repousser le lancement "aux premiers mois de 2015".

pression des professionnels du transport

Il faut dire que les fédérations professionnelles ne s’embarrassent pas de circonvolutions oratoires. "La mise en place de la taxe poids lourds est incompatible et indécente.[…] Les entreprises de transport routier ne peuvent accepter, et plus particulièrement certaines régions ou certains départements, d'être les victimes des égarements passés de la politique française relative aux infrastructures", indiquait le 25 septembre dans un communiqué la Fédération nationale des transports routiers (FNTR). Deux jours avant, l’Union des entreprises de transport et de logistique de France (TLF) écrivait "Dans une grande tonitruance, la Mairie de Paris vient de faire connaître son intention de tester un dispositif de péage de transit poids lourds, à compter du 1er octobre 2014, pour une mise en application au 1er janvier 2015. […] Cette gesticulation qui n’aura d’autre effet que d’exacerber la colère des chefs d’entreprise des transports parisiens, reprend en fait les dispositions connues, arrêtées, combattues de l’écotaxe".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il y a quelques jours, LD Lines, du groupe Louis Dreyfus Armateurs, arrêtait dans l’indéférence presque générale l’autoroute de la mer entre Saint-Nazaire (Loire Atlantique) et Gijón (Asturies), faute de rentabilité, et malgré un taux moyen de remplissage de 75%. La liaison par route est moins coûteuse et l’arrêt des subventions à LD Lines a sonné le glas de la liaison maritime.

Patrice Desmedt

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS