Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Pcas/ elf-atochem : A deux pour être leader mondial

Publié le

La filiale commune qui sera bientôt créée entre Elf-Atochem et la firme de chimie fine PCAS, vise le leadership mondial des produits dérivés de l'acroléine. Avec un chiffre d'affaires estimé, dans quatre ans, à 100 millions de francs.

Les entreprises citées

"Nous ne jouons pas dans la même division et c'est tant mieux: cela nous rend parfaitement complémentaires", se félicite Jean-Pierre Stéphan, P-DG de la PMI de chimie fine PCAS (375millions de francs de chiffre d'affaires), qui s'associe avec Elf-Atochem (55,5milliards de francs de chiffre d'affaires), plus à son aise dans la pétrochimie, les plastiques, les engrais et la chimie de spécialités en grands volumes. Dans quelques semaines sera mise sur pied leur société commune, qui produira à Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, des dérivés de l'acroléine, des produits très réactifs destinés à la pharmacie, la parfumerie, la photographie, les polymères, l'agrochimie ou les adhésifs.

PCAS sera majoritaire

PCAS (filiale de Dynaction et coté au second marché de la Bourse de Paris) sera largement majoritaire dans le capital: entre les deux tiers et les trois quarts. Le niveau sera fixé lorsque le montant de l'investissement sera précisément déterminé. Elle détiendra également la majorité au sein du conseil de gestion. Jean-Pierre Stéphan sera le président de la nouvelle société par actions simplifiées -probablement baptisée Béarnaise de synthèse- et l'un des cadres de la société

de Longjumeau sera responsable de la future unité de production.

Chacun conserve son réseau commercial

Dans la corbeille de mariage, Elf-Atochem apporte son acroléine, dont il est, avec l'allemand Degussa et l'américain Union Carbide, l'un des trois grands mondiaux (quelque 30000 tonnes de capacité sur le site de Pierre-Bénite, près de Lyon). Une production pour l'essentiel destinée à la fabrication de glutaraldéhyde (un biocide) et de méthionine, un acide aminé utilisé pour l'alimentation porcine et avicole, dont Rhône-Poulenc est, avec Degussa, l'un des leaders. La société commune bénéficiera donc des prix ultracompétitifs de son fournisseur et du stockage important d'acroléine installé à Mourenx. PCAS, de son côté, apporte son expérience dans les produits dérivés de l'acroléine, dont elle était déjà un modeste producteur dans son unité de Bourgoin-Jallieu. Mais les deux sociétés mères conserveront leurs réseaux commerciaux respectifs. Leur filiale commune n'aura pas de fonds de commerce. PCAS distribuera, de préférence, les dérivés destinés à la pharmacie, la parfumerie et les cosmétiques. Et, naturellement, les molécules étudiées et produites en exclusivité pour des clients de chimie fine. A Elf-Atochem reviennent, en principe, les molécules issues de sa recherche et les plus gros tonnages: agrochimie, polymères, additifs pour carburant, adhésifs. La future unité aura, pour la filiale d'Elf, valeur d'outil de développement. Avant la création en dehors ou au sein de l'association d'autres unités dédiées à certaines applications. Entre 20 et 30millions de francs de chiffre d'affaires devraient être réalisés en 1998. Quelques 100millions en 2002. "Notre objectif, affirme Jean-Pierre Stephan, est clairement de devenir leaders mondiaux de la chimie fine à base d'acroléine." Une niche dont l'importance reste difficile à déterminer en raison des débouchés croissants qu'apporte l'acroléine par rapport à d'autres matières premières aujourd'hui utilisées. A Mourenx, la nouvelle unité sera localisée sur la plate-forme Sobegi, un lotissement industriel où se sont installés Synthélabo et Chimex (L'Oréal), Sanofi et Elf-Atochem (Elf Aquitaine). Dans l'immédiat sur un terrain de 6000 mètres carrés; 15000 mètrescarrés ont aussi été réservés en option. La première tranche de travaux, qui devraient démarrer avant la fin de cette année -au plus tard le 1erjanvier1997-nécessitera un investissement de 40 millions de francs, dont 30 millions à la charge

de la société commune et 10 millions à celle d'Elf-Atochem. "Les nombreuses demandes de nos clients que nous ne pouvons pas satisfaire, faute de capacités, nous laissent penser que cette première tranche sera saturée en l'an 2000", affirme Jean-Pierre Stephan. Dans un premier temps, l'entreprise commune devrait entraîner la création d'une vingtaine d'emplois. Alain Jemain



Les partenaires

PCAS


Siège : Longjumeau, Essonne.

Activités : Produits destinés à la pharmacie, la parfumerie, la photochimie (électronique, photographie, arts graphiques) et la chimie industrielle (verre et lubrifiants).

Chiffre d'affaires consolidé : 375 millions de francs.

Effectifs : 380 salariés.

Elf-Atochem

Siège : Paris-La Défense.

Activités : Chimie de base (pétrochimie et plastiques, chlorochimie et vinyliques, engrais et produits minéraux);

Chimie de spécialités (chimie fine et industrielle, matériaux et aval plastique).

Chiffre d'affaires consolidé : 55,5 milliards de francs.

Effectifs : 33400 salariés.

USINE NOUVELLE N°2547

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle