Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pays de la Loire Industriels et start-up s’associent

, ,

Publié le

Pays de la Loire Industriels et start-up s’associent
Le groupe électronique Éolane se lance sur le marché du M2M.

Les entreprises citées

L’objet connecté est ici le chaînon manquant entre industriels de l’électronique et start-up, chacun ayant besoin de l’autre pour s’affirmer sur ce marché. L’électronicien Éolane ne s’y est pas trompé en créant, avec ses partenaires, la Cité de l’objet connecté, inauguré le 13 juin par François Hollande. Dans cet ancien entrepôt, à Angers (Maine-et-Loire), tout est fait pour que les start-up s’épanouissent. Objectif : les aider à accéder le plus vite possible à la phase industrielle. « La finalité est de conserver la production en France, explique Thierry Sachot, le directeur général d’Éolane et le président de la Cité. L’objectif est de déceler 170 projets par an et d’en porter 30 à 40 sur le marché. À cinq ans, nous espérons créer 400 nouveaux emplois sur le territoire. »

Qowisio défie Sigfox et LoRa

La société angevine est la nouvelle star de l’objet connecté et vient de lever 10 millions d’euros. Cette somme exceptionnelle pour une jeune entreprise française de 25 salariés servira à créer un réseau bas débit et de longue portée pour objets connectés en France. Qowisio défie Sygfox et Bouygues Telecom (LoRa), déjà bien avancés sur le sujet. Fondée en 2009, par deux ingénieurs, la start-up n’entend pas valoriser son réseau au forfait. Son offre intégrée combinera l’objet, la solution applicative et la connectivité. « L’objectif est d’être présent sur toute la chaîne de valeur », précise Guillaume Houssay, le cofondateur.

IS2T universalise la création « d’apps »

Dans un smartphone, la valeur réside dans les applications, les « apps », qui démultiplient les usages du téléphone. Le nantais IS2T estime qu’il en sera de même pour tous les objets connectés : four, tondeuse, machine à laver, domotique… À cette fin, il lance Wadapps, une solution permettant aux fabricants d’appareils de disposer de plates-formes, à l’instar d’Android ou d’iOS, mais miniaturisées. C’est le support indispensable pour générer leurs propres applications, dans leur propre univers technologique. Fondé en 2004, IS2T a déjà mobilisé près de 20 millions d’euros en R & D, dont 4 millions par levée de fonds.

10-Vins lance sa « nespresso du vin »

Obtenir, en une petite minute, un verre de vin aéré et à bonne température, qu’il soit blanc ou rouge. Telle est la performance de D-Vine, le sommelier connecté créé par la start-up nantaise 10-Vins. Fondée en 2012 par trois ingénieurs passionnés d’œnologie, l’entreprise vient de lever 800 000 euros qui lui serviront à industrialiser son étonnante machine. 10-Vins se voit comme un « Nespresso du vin ». Le flacon de 10 centilitres s’insère dans la machine qui lit la puce RFID et, à partir de ces données, acclimate instantanément le vin. La puce peut être lue, sans application, par un smartphone ou une tablette afin d’obtenir des informations et des vidéos sur les chais d’origine.

Qivivo scrute la météo

Fondée en 2012 par Adrien Suire, diplômé de l’Institut supérieur de l’automobile et des transports, la start-up nantaise a levé cette année 900 000 euros auprès de Saint-Gobain, Go Capital et Bpifrance, dans le but de financer la mise sur le marché de son thermostat connecté. Cet appareil intelligent permet de gérer en temps réel, et selon des conditions climatiques présélectionnées, le fonctionnement du système de chauffage d’un logement. Qivivo, qui se rémunère sur abonnement, peut même extraire des données plus fines afin de préconiser des travaux pour réduire la consommation énergétique de la maison.

Smart Zeroes crée le bijou espion

Faisant partie des premiers locataires de la Cité de l’objet connecté d’Angers, cette entreprise développe un système d’enregistrement haute qualité s’insérant dans des boucles d’oreilles, sous la marque Jool. Il permet de faire un enregistrement d’une durée de 15 secondes à 15 minutes, sans avoir à l’anticiper. Le déclenchement se fait d’un simple clic sur la boucle d’oreille, puis une interface sur smartphone permet de remonter le temps enregistré. « Tout est sauvegardé en sécurité dans votre “crypte-nuage” personnel », explique l’entreprise qui s’apprête à lancer une levée de fonds participative.

Hector dépoussière la station météo

Incubée par la Cité de l’objet connecté d’Angers, l’entreprise a développé Hector, un thermomètre connecté intégrant des fonctions d’hygrométrie. Les relevés de données sont accessibles via une application mobile, avec un historique sur 14 jours et des alertes programmables. Morgan Lavaux et Valentin Roy, les deux jeunes entrepreneurs nantais, ont conçu un produit simple, épuré et financièrement abordable. La première version d’Hector ne dépassera pas les 35 euros. Après une campagne de précommercialisation réussie sur Kickstarter, les livraisons sont prévues d’ici à la fin de l’année. Et la start-up prépare déjà un second objet connecté qui sera présenté au CES de Las Vegas, début 2016.

Anaro Group fait l’inventaire des lieux

Une box sensorielle autonome, munie de multiples capteurs intelligents, pour analyser les paramètres d’un lieu : bruit, mouvements, détection des composés organiques volatils, humidité, luminosité… C’est la prouesse de la Wazaabox, créée par le nantais Anaro Group, fondé par Pierre Lefebvre et Nicolas Garabédian. Exemple d’usage possible : mesurer l’excitation d’un lieu en tenant compte des mouvements, des décibels… ce qui peut impliquer la diffusion d’une musique plus apaisante. Au-delà du matériel, Anaro propose aussi la récupération des données et un tableau de bord.

4Mod Technology réinvente la télécommande

Fondée en 2007 par Laurent Stephan, un ancien de Thomson, cette société nantaise s’est placée sur le marché de la télécommande en y intégrant des innovations, qui ont séduit les opérateurs de la télévision numérique. Devenue un acteur de l’objet connecté, cette entreprise de 30 salariés est à l’origine du SensorTag de Texas Instruments, une plate-forme qui permet de connecter des capteurs de température, humidité, pression… au cloud. Dernière innovation : la Smart plug, une multiprise intelligente surveillant les appareils électriques du foyer.

Éolane s’infiltre partout

Chez ce leader de la sous-traitance électronique professionnelle, situé à Combrée (Maine-et-Loire), l’objet connecté est partout : boîtiers pour textiles intelligents ; terminaux étanches multifonctions (GPS, accéléromètres…) pour surfeurs et skieurs ; boîtiers Beacon (balises de géolocalisation) permettant à un commerçant d’interpeller le client qui passe à proximité de sa boutique. Éolane propose aussi une gamme de capteurs pour la surveillance. Son catalogue de plates-formes machine to machine ne cesse de s’étoffer.

Lengow dynamise l’écosystème nantais

Surfant sur le succès de ses solutions servant à optimiser les catalogues des e-commerçants, l’éditeur vient de boucler une levée de fonds de 10 millions d’euros pour notamment accroître sa dimension internationale. La société, qui compte une centaine de salariés, n’en reste pas moins attachée à Nantes. Mickael Froger, le PDG, préside Atlantic 2.0, bouillonnante association numérique nantaise. Et Lengow, qui cherche de nouveaux locaux, entend profiter de l’occasion pour créer sa propre pépinière de start-up, spécialisée dans l’e-commerce.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle