Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Patrick Le Quément, un designer automobile si longtemps à la page

Publié le

Diaporama Son talent, son imagination et son audace ont fait florès dans l’industrie automobile, dont il a su arrondir les angles en termes d’esthétique: la Laguna, la Scenic, la Twingo, et tant d’autres modèles, c’est en partie lui !… Ce Français auquel un très beau livre est consacré («De Simca à Renault, 40 ans de Design») a contribué à redonner au design industriel ses lettres de noblesse. Un livre truffé de belles photos retrace cette trajectoire professionnelle plutôt éblouissante.

Patrick Le Quément, un designer automobile si longtemps à la page
Patrick le Quément reçoit le prix Lucky Strike de la Fondation Raymond Loewy, le 14 novembre 2002
© DR

Retracer la carrière de Patrick Le Quément, c’est prendre le volant de l’histoire du design automobile. Pourquoi ne pas entreprendre un voyage à travers les décennies écoulées, marquées par une accélération des nouveaux concepts en matière de voitures ?

Cet homme résume à lui seul les évolutions et révolutions perpétuellement en route dans la sphère des constructeurs. L’étudiant né à Marseille qui obtint en 1963 un diplôme de laBirmingham City University aimait autant pratiquer le rugby qu’interpréter, un crayon vissé à la main, les paysages et visages gravitant autour de lui.

«Mine» de rien, Patrick le Quément était promis à un brillant avenir!

Quelques années plus tard, il serait appelé à contribuer au virage négocié par Renault, en qualité de directeur du design (puis, des années plus tard, directeur aussi de la qualité).

L’originalité de l’ouvrage «Simca à Renault, 40 de Design» (parus aux éditions E-T-A-I), est de mêler au fil des mêmes pages une enquête journalistique et un recueil de photos. La carrière de Patrick Le Quément est ainsi retracée, dans un style serti de belles formules, tandis que défilent, à un rythme étourdissant, des voitures de toutes envergures et époques. A commencer par une quinzaine de modèles mythiques, la plupart conçus dans les années 20 et 30, flamboyants et aux contours audacieux, qui hantèrent l’imaginaire de Patrick Le Quément au point d’inspirer les voitures dont il façonna la carrosserie à partir des années soixante Ces noms affûtent les rêves : Bugatti Royale, Alfa Romeo, Pierce Arrow, Delage D8, Phantom Corsair...

DEBUTS CHEZ SIMCA. PUIS FORD, VOLKSWAGEN…


Serge Bellu, l’auteur de l’ouvrage, affirme que cet esthète industriel s’est confié à lui en «roue libre», sans n’imposer aucune censure. On voudrait le croire… En tout cas, Patrick Le Quément apparaît comme un rêveur et un artiste doublés d’un entrepreneur et d’un manager. A plusieurs reprises, il se consacra à des projets au sein de studios de création qu’il avait montés lui-même. En fait, c’est une marque française jadis prestigieuse, Simca, qui fut son premier employeur: il y prit la direction d’une équipe de stylistes. Puis il endossa des fonctions de la même nature chez Ford, constructeur dont il gravit les marches jusqu’à piloter le centre en charge du design extérieur de la gamme européenne, avant d’effectuer diverses missions en Allemagne pour le compte de Volkswagen.

PREMIERE RENCONTRE AVEC RAYMOND LEVY

Au début du livre, Serge Bellu fait observer qu’en matière de design industriel, la France avait plusieurs trains de retard sur d’autres pays. Une telle compétence n’était pas mise en valeur par les patrons, qui ne perçurent son importance qu’à partir des années 70 et 80. On comprend à quel point Patrick Le Quément a dû se battre pour hisser le design aux avant-postes de la conduite de l’entreprise. La chance lui sourit à nouveau quand il fit la connaissance en 1987 d’un certain... Raymond Lévy, alors président de Renault.

La régie était en proie à une crise d’identité et à une hémorragie financière. Une grande partie des 240 pages de «40 ans de Design» sont évidemment dédiées à Renault. «La compréhension s’installa d’emblée entre eux», retrace l’auteur. Raymond Lévy, pourtant cinglant et pince-sans rire, dut admettre à son visiteur qu’il était un béotien en matière de design.

«Ce qui importe plus que la nationalité des créateurs, c’est le contexte culturel dans lequel mûrissent les arts et les idées»

Patrick Le Quément


Patrick Le Quément, aux goûts réputés éclectiques, eut carte blanche pour redonner une identité visuelle à la marque au losange. Promu directeur du design, il a pu s’appuyer sur une équipe, initialement de 120 personnes, appelée à s’étoffer au fur et à mesure que le constructeur automobile se redéployait sur tous les segments de marché.  «Vingt ans plus tard, 470 professionnels travaillaient sous la responsabilité du designer», écrit Serge Bellu. Jolie phrase, au passage, qu’a ciselée en sa présence Patrick Le Quément: «Ce qui importe plus que la nationalité des créateurs, c’est le contexte culturel dans lequel mûrissent les arts et les idées»

«JE PREFERE UN DESIGN INSTINCTIF»

Sous la baguette réputée magique de Le Quément, ces artistes, créateurs, décorateurs et aussi carrossiers ont orchestré des gammes de voitures successives. Chemin faisant, ils ont façonné «une identité de marque» dont l’originalité visuelle des modèles devait s’avérer l’un des ressorts du succès. Le nombre de concept-cars qui ont été mis sur le marché pendant toutes ces années donne le vertige : Laguna, Scenic, Racoon, Twingo...

Cette dernière, par son design et ses couleurs éclatantes, souleva de fortes réticences au sein même de Renault. Raymond Lévy donna raison à Patrick Le Quément: «Je préfère un design instinctif plutôt qu’un marketing extinctif».

Patrick Le Quément fut confirmé dans ses fonctions par Louis Schweitzer, quand ce passionné de théâtre vint à occuper, quelques années plus tard, le devant de la scène chez Renault. Entre les deux hommes, une vraie syntonie. C’est par ces mots que l’ex-président de Renault souligne les compétences et l’indéniable talent de Le Clément, dans la préface de «40 ans de design» qu’il a signée: «Le design est au cœur de la réussite ou de l’échec d’une automobile (…) Il est déterminant pour la décision d’achat.»

Pendant «l’ère Schweitzer», la frénésie d’innovations du groupe au Losange continua de plus belle, avec notamment la sortie de la Spider Renault Sport, le lancement d’Initiale dans le segment du luxe (en partenariat avec Louis Vuitton) et le jaillissement d’un concept renouvelé, la Megane Scenic. Voitures aux formes toujours plus sensuelles, si androgynes, pétrie d’une alternance de courbes et de lignes droites qui faisaient penser à une intrusion toujours plus pressante du baroque dans les paysages urbains. Comme si le classicisme, en matière d’esthétique automobile, était resté une fois pour toutes en dehors de la route...

CHANGEMENT DE TAILLE 

Patrick Le Quément, dont Louis Schweitzer avait alourdi considérablement la charge de travail en lui confiant la direction de la Qualité, a dû faire face à un changement de taille dans cette «fuite en avant» de Renault: l’Alliance nouée avec Nissan, dont les modèles avaient besoin d’un certain rafraîchissement en matière de design. Sur le fil du rasoir quatorze heures par jour, «l’esthète en chef» de Renault a ensuite inauguré plusieurs bureaux de création et de design dans de lointains pays où le constructeur aspirait à exploiter de nouveaux gisements de consommateurs, que ce soit à Seoul, Bombay ou São Paulo.

Et puis, sur le tard, il a fallu passer au «tout numérique» dans les processus de création et d’expérimentation des modèles, les images de synthèse permettant de raccourcir de manière spectaculaire les temps de gestation. Trop de contraintes dans le coffre d’un seul homme, dont l’inspiration (Serge Bellu n’insiste pas trop sur ce point) ne pouvait que s’étioler, d’autant plus que les jalousies et les rancœurs, dans son entourage professionnels, semblaient s’exacerber.

Quatre ans après que Carlos Ghosn ait prit la relève de Carlos Schweitzer, une page de Renault se tourna avec le départ de Patrick Le Quément, fin 2009, remplacé par Laurens van den Acker. Deux ans plus tôt, à l’occasion d’une interview, le «pape du design automobile contemporain» avait déclaré, avec un zeste de prémonition: « De toute façon, quand j'arrêterai, je n'arrêterai pas. Je poursuivrai mes activités dans le domaine de la création aussi longtemps que possible.»


De Simca à Renault, 40 ans de Design
(Sur les pas de Patrick Le Quément)
éditions E-T-A-I
Pour se procurer ce livre :
www.librairie.passionautomobile
Librairie Passion automobile.com
83, rue de Rennes – 75.006 Paris
(01.45.48.15.14)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle