Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Patrick Couvreur, prix de l’Inventeur européen 2013 pour sa nano-médecine

Gaëlle Fleitour , ,

Publié le

Chercheur de l’université Paris-Sud et du CNRS et serial-entrepreneur, le biopharmacien vient d’être récompensé par l’Office européen des brevets dans la catégorie "Recherche". Il a mis au point des nanocapsules capables de contenir des principes actifs pour le traitement des tumeurs.

Patrick Couvreur, prix de l’Inventeur européen 2013 pour sa nano-médecine

Ils étaient deux Français nominés dans l’une des cinq catégories du prix de l’Inventeur européen 2013, décerné ce mardi 28 mai par l’Office européen des brevets. Mais à Amsterdam, c’est le biopharmacien Patrick Couvreur qui a fait l’unanimité. Il vient d’être récompensé dans la catégorie "Recherche" pour sa découverte en nanomédecine, qui ouvre la voie à de nouveaux traitements dans la lutte contre le cancer.

Son innovation?? Des nanocapsules capables de contenir des principes actifs pour le traitement des tumeurs. 70 fois plus petits que des globules rouges, ces vecteurs de médicaments sont, contrairement aux chimiothérapies actuelles, dépourvus d’effet secondaire toxique et épargnent les tissus sains. Un de ses traitements, utilisant des capsules polymères biodégradables, a déjà permis de réduire de 70?% les métastases d’un cancer du foie. Avec son équipe de l’université Paris-Sud et du CNRS, il a bien évidemment breveté ses découvertes. Ce qui aura "un impact majeur sur les futurs accords de licence de ses produits, se félicite l’Office européen des brevets. Les brevets jouent un rôle essentiel dans ce contexte, surtout pour les universités, centres de recherche et PME en leur permettant de valoriser leurs investissements et trouver des partenaires pour l’exploitation de leurs inventions".

Deux sociétés aux nanomédicaments testés chez l’homme

Ce chercheur d’origine belge, qui a déjà déposé 50 brevets et reçu la médaille de l’innovation du CNRS en juin 2012, est aussi un serial entrepreneur. En 1997, il a participé à la création de Bioalliance Pharma. La société, cotée en Bourse, a déjà levé 20 millions d’euros auprès d’investisseurs, et poursuit actuellement la dernière phase d’essais cliniques d’un nanomédicament pour le traitement du cancer du foie. En 2012, elle a enregistré un chiffre d’affaires de 4,03 millions d’euros, et des pertes de 11,55 millions d’euros.

En 2007, une nouvelle entreprise a vu le jour?: Medsqual. Elle met au point des nano-capsules de troisième génération utilisant le squalène, composé naturel à l’origine du cholestérol. Breveté en 2011, ce procédé est désormais testé en essai clinique. Mais Patrick Couvreur a dû se battre pour sécuriser le financement de cette société. "Les grands laboratoires sont très frileux, et ne sont prêts à investir dans une start-up qu’une fois arrivée en phase 2 d’essai clinique", confiait-il à l’Usine Nouvelle en 2011. Or "l’industrie a toujours considéré la galénique (l’administration du médicament) comme une discipline mineure, et non comme une source d’innovation".

Dans le dernier numéro de la Revue Futuribles, le chercheur considérait ainsi la rigidité des rapports entre la recherche et l’industrie en France comme une des limites structurelles de l’innovation dans le domaine pharmaceutique. Et appelait de ses vœux une rupture culturelle pour stimuler la créativité et encourager les coopérations interdisciplinaires. Espérons que son nouveau prix saura le faire entendre…

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle