Pate à papier : Les intempéries n'influent pas sur les cours

Publié le

Les prix de la pâte à papier poursuivent leur hausse. La dévastation de la forêt française n'aura pas d'influence notable sur le marché.

Près de 300 millions d'arbres endommagés ou cassés - environ 110 millions de mètres cubes de bois, selon les premières estimations de l'Office national des forêts (ONF) -, soit plus de trois ans de production française de bois, n'auront finalement aucun impact appréciable sur les cours des produits forestiers. La pâte à papier avant tout ! C'est l'avis unanime des analystes, qui, en revanche, pointent les raisons structurelles de l'augmentation des prix de la pâte à papier. Négocié à 620 dollars la tonne en ce début d'année, le premier contrat de la Northern Bleached Softwood Kraft (NBSK) est en hausse de plus du tiers par rapport à la moyenne de janvier 1999, et de près du quart depuis la rentrée de septembre.

Les Asiatiques dopent la demande

En raison, surtout, de l'agressivité des acheteurs d'Extrême-Orient, les termes de marché devraient continuer de se tendre à la faveur de nouvelles hausses des prix. Merrill Lynch table sur 630 dollars la tonne de pâte à papier de la zone Nord en ce début de 2000. La progression devrait se poursuivre tout au long de l'année, jusqu'à 720 dollars la tonne fin décembre. L'établissement financier finlandais Merita-Nordbanken Group va dans le même sens : des cours fermes autour des 630 dollars la tonne au premier trimestre, pour ensuite grimper rapidement à 700 dollars. La Banque scandinave explique l'envolée par " la combinaison d'une demande et d'une production de papier plus fortes que prévu au troisième et au quatrième trimestre de 1999 et d'une incapacité du marché à faire face à la demande asiatique et du reste du monde qui ont provoqué une chute des stocks à des niveaux très inconfortables ". Les déstockages annoncés ou qui vont intervenir à cheval sur la nouvelle année ne changent pas la donne, ajoute Merrill Lynch. Déstockages d'autre part, mis en doute par certains acheteurs, qui soupçonnent les producteurs d'amplifier à dessein la tension du marché .



Interrogations sur les prix du bois

La forte hausse imprévue des stocks de bois en France ne produira pas nécessairement un effondrement des cours dans l'Hexagone. Premièrement, parce que les arbres abattus sont souvent inaccessibles ou trop détériorés. Deuxièmement, parce que, d'après Henri Griffon, président de l'Union nationale des industries françaises de l'ameublement (Unifa), " le bois ne représente que 30 % des matières premières " de l'industrie nationale de l'ameublement, " dont seulement la moitié provient de la forêt française ". En revanche, le risque essentiel concerne plutôt la pénurie de beaux feuillus.





Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte