Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Pas simple non plus pour le Royaume-Uni de sortir du diesel et de l’essence en 2040

Aurélie Barbaux , ,

Publié le , mis à jour le 26/07/2017 À 17H40

Vu sur le web Comme la France dans son Plan climat, le gouvernement britannique voudrait interdire la vente des véhicules diesel et essence d’ici à 2040. Mais un rapport de National Grid prévient que passer à la mobilité électrique nécessiterait 10 réacteurs nucléaires EPR comme celui d’Hinckley Point, rapporte le quotidien The Telegraph.

Pas simple non plus pour le Royaume-Uni de sortir du diesel et de l’essence en 2040 © Highways England

Comme la France avec son Plan climat, le Royaume-Uni va annoncer son intention d’interdire la ventre de voiture diesel et essence d’ici à 2040 dans le but d'encourager l'achat de véhicules électriques, rapportent les journaux britanniques. Le secrétaire d'Etat à l'Environnement Michael Gove a averti que la Grande-Bretagne "ne peut pas continuer" avec les voitures essence et diesel en raison des conséquences dommageables sur la santé et sur l'environnement. "Il n'y a pas d'alternative à l'adoption de nouvelles technologies", a-t-il déclaré.

Une augmentation du 50% du pic de demande

Mais, pour l’opérateur National Grid, passer à la mobilité électrique mettrait une pression énorme sur le réseau électrique, explique un article du Telegraph. Selon ses calculs, la demande maximale d'électricité augmenterait de 30 Gigawatts, qui viendraient ajouter au pic actuel de 61GW, soit une augmentation de 50%. Pour la fournir, il faudrait l’équivalent de près de 10 fois la puissance totale de la centrale nucléaire de Hinkley Point C en construction par EDF, dans le Somerset. National Grid prévient que Grande-Bretagne deviendrait alors encore plus dépendante des importations d’électricité qui passerait de 10% aujourd’hui à environ un tiers de la consommation.

Un problème urgent de pollution 

Aujourd’hui, la part des ventes de véhicules électriques au Royaume-Uni n’est que de 4%, et la question du nombre de bornes de recharge sur le territoire est aussi soulevée. Mais la pollution reste un problème majeur. Le gouvernement identifié 81 voies principales dans 17 villes où des mesures urgentes sont nécessaires car elles enfreignent les normes d'émissions de l'Union européenne, mettant en danger la santé des personnes.

Une consultation publique sur le plan de suppression des véhicules diesel et essence est prévue à l’automne.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

16/08/2017 - 15h42 -

Pour permettre le developement des voitures electriques, il faudrait penser à les recharger lorsque les centrales existantes sont peu sollicitées (la nuit par exemple), ou pendant que les sources d'energies renouvelables seront en sur-capacité. Cela demande un peu d'intelligence sur le réseau electrique et une gestion différente du temps. Mais on sera loin des 10 centrales nucléaires!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle