Pas de Rafale supplémentaires pour l'armée indienne, la guerre de la bière, l'enquête sur le Crédit Mutuel-CIC... la revue de presse de l'industrie

Partager

Le compteur des Rafale vendus à l'Inde restera bloqué à 36

"Faute de fonds, l'armée indienne privée de nouveaux Rafale", titre un article de L'Obs publié sur son site hier soir. "L'armée de l'air, l'Indian Air Force (IAF), voulait que le gouvernement donne son feu vert pour l'achat de 44 Rafale supplémentaires en plus des 36 annoncés durant une visite à Paris cette année", rappelle le magazine. Mais, par souci d'économies et de défense du "made in India", l'armée devra "se contenter d'une version améliorée de l'avion de combat maison (LCA), le Tejas-Mark 1A".

"La guerre de la bière"

A la une des Echos ce matin : "la guerre de la bière est lancée parAB Inbev". Alors que le numéro deux mondial de la bière, SABMiller vient tout juste de rejeter l'offre rendue publique mercredi par le numéro un du secteur, AB InBev, le quotidien économique revient sur les chances de voir se réalister une telle fusion. "AB InBev a jusqu'au 14 octobre inclus pour convaincre les actionnaires de SABMiller d'accepter son offre. Passé ce délai il devra se retirer pour six mois au moins, conformément à la loi britannique", soulignent Les Echos.

Crédit Mutuel-CIC, la banque à qui parler... évasion fiscale

France 3 a diffusé hier soir l'enquête sur les soupçons d'évasion fiscale pratiquée par le Crédit Mutuel-CIC. "Le sujet est sensible. Édifiante, l'enquête dévoile la mise en place de systèmes présumés d'évasion fiscale entre des clients français du Crédit Mutuel-CIC et une filiale suisse, à la fin des années 1990. Cette filiale, c'est la Banque Pasche, banque privée pour clients fortunés, basée à Genève", résume Ouest France ce matin, l'un des rares médias à évoquer ce programme, qui avait surtout fait parler avant sa diffusion.

Ce documentaire avait en effet été déprogrammé par le Canal+ de l'industriel Vincent Bolloré, qui ne voulait pas froisser son ami Michel Lucas, patron du groupe bancaire. Un choix pleinement assumé par la direction de la chaîne de télévision : "La direction tient avant tout à défendre les intérêts du groupe Canal+ et estime qu’il est donc préférable d’éviter certaines attaques frontales ou polémiques à l’encontre de partenaires contractuels ou futurs", indique ainsi le compte rendu d'un CE du 16 septembre dernier.

Ci-dessous un extrait de l'émission montrant la découverte d'une liste de pseudos pour assurer la confidentialité des échanges entre évadés fiscaux et la banque.


Pieces. Camus, Beaudelaire, les droles de clients du credit mutuel

Julien Bonnet

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LES ECHOS
ARTICLES LES PLUS LUS