Pas de libération sous caution pour le fondateur de Megaupload

WELLINGTON (Reuters) - La justice néo-zélandaise a rejeté vendredi en appel une demande de libération sous caution du fondateur du site de partage de fichiers Megaupload.

Partager

La justice a estimé qu'il y avait un risque de voir Kim Dotcom, ressortissant allemand qui se fait également appeler Kim Schmitz ou Kim Tim Jim Vestor, échapper à la justice avant qu'elle ne se prononce sur son extradition vers les Etats-Unis.

Kim Dotcom a été renvoyé en détention jusqu'au 22 février.

Fin janvier, la justice néo-zélandaise avait accepté de libérer sous caution deux associés du fondateur de Megaupload, accusé d'avoir généré illégalement plus de 175 millions de dollars de bénéfices.

Les Etats-Unis réclament l'extradition de Kim Dotcom et de ses associés afin de les juger pour actes de piraterie informatique, violations des règles sur le droit d'auteur, racket et blanchiment d'argent.

Eric Faye pour le service français

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS