L'Usine Auto

Pas de compromis entre Microsoft et la Commission

, , ,

Publié le

C'est sur un échec que se sont conclues les négociations engagées au plus haut niveau depuis deux jours entre le P-DG de Microsoft, Steve Ballmer, et le Commissaire européen à la concurrence, Mario Monti.

Objet d'une d'enquête anti-trust depuis cinq ans, le géant des logiciels devrait donc être condamné le 24 mars prochain pour abus de position dominante. Cette condamnation, si elle marque la fermeté de Bruxelles, ne résout que partiellement le problème. L'américain ayant annoncé qu'il ferait appel de cette condamnation, les sanctions, quand elles seront enfin appliquées, risquent fort de n'avoir qu'un impact symbolique, tant la technologie aura évoluée.
Par ailleurs, l'obligation faite à Microsoft de proposer une version de Windows sans le Media Player (un logiciel d'accès aux fichiers audio et vidéo), afin de laisser une chance aux produits de la concurrence de s'imposer, mais aussi de mettre à la disposition de ses concurrents des « interfaces » qui permettent à leurs logiciels de dialoguer avec Windows et d'être « interopérables » avec ses produits à lui, posent la question du contrôle. Comment s'assurer que Microsoft fournira bien les codes, en temps voulu ? A quel prix ?
Bien qu'il faudra encore plusieurs mois, peut-être une à deux années pour régler ce différend, pour Mario Monti, il était nécessaire de «créer un précédent solide» qui « établira des principes clairs pour le futur comportement d'une entreprise qui a une telle position dominante sur le marché ». A bon entendeur...
Valérie Marcellin

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte