Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Particuliers... vos données numériques sont en danger

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Un rapport mettant en cause la longévité des supports de stockages, CD optiques et disques durs, vient d’être publié conjointement par l’Académie des sciences et l’Académie des technologies. Il recommande d’investir dans la recherche pour un nouveau type de support.

Particuliers... vos données numériques sont en danger © Fotolia

Français, une lourde menace plane sur vos données numériques, photos, vidéos, factures et autre documents administratifs dématérialisés : les supports de stockage du marché, CD optique enregistrable ou disque dur, ne sont pas fiables. Au bout de 4 ans, 8 % des CD seraient déjà illisibles. La durée moyenne de vie d’un disque dure varie, elle, entre 3 et 5 ans. Et déporter l’archivage sur internet n’est pas une solution économiquement viable.

Voilà en substance le cri d’alarme qu’ont lancé ce lundi 29 mars 2010 à la presse, l’Académie des sciences et l’Académie des technologies lors d’une conférence de presse. Pour étayer leurs inquiétudes, les deux académies publient conjointement un rapport intitulé « Longévité de l’information numérique : les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ? ». Il est déjà sur le bureau des ministères concernés, mais les auteurs (Jean-Charles Hourcade, dirigeant de Red Cat Technologies, Franck Laloë chercheur au CNRS et Eric Spitz, ancien de Thomson) attendent toujours un rendez-vous pour venir exposer leurs inquiétudes et soumettre leurs recommandations. Pourtant, il y aurait urgence. Car si, selon eux, les entreprises sont conscientes du problème et ont les moyens de mettre en place des mécanismes de copies multiples, de migration perpétuelle vers des technologies plus sûres, voire de revenir à l’archivage analogique, ce n’est pas le cas des particuliers.

« Les disques optiques numériques enregistrables, ou DONE, n’ont pas été conçus pour une longue durée. Plus leur capacité augmente, moins ils sont fiables dans le temps. Et les films anti-rayure, promus dans les Blu-Ray n’ont aucun impact sur la longévité », explique Franck Laloë. Pire, le terme « graver », employé pour inscrire des données sur le disque induit l’utilisateur en erreur, qui pense réaliser une inscription aussi fiable que sur une tablette d’argile. Il n’en est rien. Pourtant, rares sont les études menées pour proposer une solution pérenne. Et « l’archivage en ligne, via des prestataires de service, revient à pousser la poussière sous le tapis », résume Jean-Charles Hourcade. Selon ses calculs, le total du patrimoine numérique des 25 millions des foyers français représenterait 2,5 exaoctets (10 puissance 18 octets). Les stocker sur des serveurs reviendrait de 5 à 20 milliards d’euros par an ! Impensable !

Or rares sont les études menées dans le monde sur le sujet. « Et les industriels n’investissent pas dans les technologies de stockage millénaire car il n’y a pas de marché », explique encore Jean-Charles Hourcade.

Pourtant, quelques solutions existent, comme la lithographie sur verre avec le « century disk » de Digi Press ou sur saphir synthétique, comme le propose la start-up grenobloise Arnano. Mais ces solutions sont trop chères pour les particuliers.

Si les auteurs du rapport préconisent de soutenir ces solutions, ils recommandent surtout de financer le développement de disques optiques enregistrables dédiés à la préservation longue durée des données numériques, qui puissent être lus par les millions de lecteurs DVD déjà disponibles dans les foyers. Et pour les sceptiques sur la pérennité de ces équipements, Jean-Claude Hourcade rétorque : « Tant qu’il y aura des supports à lire avec des données de qualité, on trouvera des lecteurs. C’est ce qui s’est passé avec les vinyles. » Espérons qu’il dise vrai.

Aurélie Barbaux

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle