Participation : Le déblocage gêne les PME

Pour relancer la consommation, le gouvernement a élargi les possibilités de déblocage anticipé de la participation. La trésorerie des PME risque de souffrir.

Partager

Les constructeurs d'automobiles se réjouissent. Les dirigeants de PME-PMI, eux, font contre mauvaise fortune bon cÏur. Soucieux de donner un coup de pouce à la consommation dans les secteurs de l'automobile et du bâtiment, le gouvernement a rendu possible le déblocage anticipé des sommes versées au titre de la participation. A priori, une bonne mesure. L'ennui, c'est qu'elle met en porte à faux bon nombre de petites entreprises, qui craignent de voir se creuser leur trésorerie. A la mi-février, les coopératives de production ont été les premières à souligner les éventuels effets pervers du déblocage anticipé. Dans les 1300Scop françaises, 45% des bénéfices annuels, en moyenne, sont versés sur la réserve spéciale de participation. L'essentiel est utilisé pour constituer une épargne salariale longue dans l'entreprise. Encours de participation en 1994: 750millions de francs. D'après la Confédération générale des Scop,un tiers de ses sommes pourraient être débloquées d'ici à la fin de l'année et mettre directement en péril l'existence de certaines sociétés. Exagéré ou pas, le danger a fait réagir les coopérateurs; en attendant la session parlementaire de printemps, qui devrait s'ouvrir avec l'examen de la loi sur l'intéressement et la participation, ils se lancent dans une campagne de lobbying active pour tenter de faire amender le texte. Ils préconisent d'exempter les PME qui réinvestissent la participation et de préparer des mesures financières spécifiques de substitution. Par exemple, la participation resterait bloquée, mais pourrait gager un emprunt dont les intérêts seraient payés par l'entreprise.

L'encours finance la dette à long terme de l'entreprise

Les Scop ne sont pas les seules à s'inquiéter. Un peu partout, les dirigeants se gardent bien de faire de la publicité autour de la nouvelle mesure. Chez Socla (robinetterie industrielle), l'encours de participation, de l'ordre de 7millions de francs, sert à financer la dette à long terme de l'entreprise. Les sommes sont bloquées sur un compte courant, rémunéré à 6% net d'impôt. Pour nous explique Jacques Chaize, P-DG de Socla et ancien président du CJD, le problème est amplifié par le montant des sommes concernées: 60000francs en moyenne par salarié. Pour l'heure, une dizaine de personnes seulement sur 150 ont demandé le déblocage, mais il s'attend à voir fondre la réserve de participation de moitié. C est perturbant avoue ce dirigeant, qui s'apprête à repenser son système de financement. Dans sa Gironde natale, Eric Sarrat, P-DG de GT Location, prend l'affaire avec philosophie. Même si les nouvelles dispositions risquent de contrarier quelque peu ses plans. Depuis un an, les salariés de cette entreprise, spécialisée dans la location de poids lourds avec chauffeur (700personnes, 307millions de francs de chiffre d'affaires), peuvent réinvestir les montants de participation dans un fonds commun de placement. L'utilisation de ce capital permet d'acheter de nouveaux camions (50millions d'investissements prévus en 1994) tout en limitant l'endettement. En 1993, les frais financiers ne représentaient que 0,3% du chiffre d'affaires de la société. Dès l'annonce de la mesure, Eric Sarrat s'est précipité sur sa calculette.Nous avons chiffré le risque maximal à un peu plus de 6millions, commente-t-il. Mais il est persuadé que l'impact sera limité à environ 10% de cette somme.Un placement sur le fond commun rapporte 15% d 'intérêt; les salariés ne voudront pas se priver d'un rendement ultérieur avantageux. Ni de quoi s'offrir une belle voiture... un peu plus tard.





LES CONDITIONS DU DEBLOCAGE DE LA PARTICIPATION

Le texte du gouvernement institue pour un an deux nouvelles dérogations permettant le déblocage anticipé de la participation (les autres dérogations sont: mariage, décès, invalidité, divorce, cessation du contrat de travail, lnaissance du troisième enfant, achat d'une résidence, création d'entreprise):

L'achat d'une voiture, neuve ou d'occasion ;

La réalisation de travaux immobiliers supérieurs à 20000francs.

Une autre mesure prévoit le déblocage un an à l'avance de la participation pour 1989, évaluée à 15milliards de francs au total.





USINE NOUVELLE - N°2448 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS