Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Partager le pilotage, c’est payant !

,

Publié le

Ideo, filiale d’ID Logistics, innove en partageant le pilotage. Du gagnant-gagnant entre pilote et clients.

Partager le pilotage, c’est payant !
Située à Lyon, la plate-forme de pilotage d’Ideo mutualise les flux routiers de ses clients.
© d. r.

La notion de cellule de pilotage logistique évolue. Traditionnellement, les prestataires mettent en place une?cellule pour chaque industriel afin d’exécuter leur chaîne logistique. Avec sa solution, Ideo, filiale d’ID Logistics, joue sur la complémentarité entre clients et l’indépendance vis-à-vis des prestations de transport. Les industriels doivent adhérer à cette approche et accepter de partager un?service avec d’éventuels concurrents. Danone Waters (Evian, Volvic, Badoit, Salvetat) et l’Européenne d’Embouteillage (Orangina, Schweppes), les deux premiers clients d’Ideo, y voient un?avantage en termes de coûts et de responsabilité environnementale. Un contrat de facturation prévoit un plan de gains attendus sur la première année, avec un partage entre Ideo et son client. « Nous sommes plus dans une logique d’efficacité que de rentabilité, tempère Ludovic Simonnot, le directeur supply chain à l’Européenne d’Embouteillage. Mais si l’efficacité augmente, la rentabilité aussi. » Pour les deux?clients, le budget de transport géré par Ideo s’élève à?170?millions d’euros avec 120 000?ordres de transport par an, réalisés par 80?transporteurs et 2?opérateurs ferroviaires (1 500?trains complets par an) entre 8?usines et?22?entrepôts.

À la différence d’un?cabinet de conseil, Ideo ne se contente pas d’un audit suivi de?préconisations, mais assure l’envoi des ordres de?transport et leur suivi, sans empiéter sur les autres métiers et en s’engageant à la transparence. « Nous cherchons à baisser les coûts et non les prix. C’est très important, insiste Emmanuel Guérin, le directeur d’Ideo. Nous travaillons avec les transporteurs sur leurs pertes. Notre but est d’identifier les zones où l’on peut trouver des opportunités. »

L’optimisation des coûts repose sur une?analyse fine des flux et s’appuie sur leur mutualisation et sur l’interconnexion entre les chargeurs. Ainsi, Danone Waters détient une?usine d’embouteillage à La Salvetat-sur-Agout (Hérault) et achemine des palettes vers le nord. L’Européenne d’Embouteillage, à Donnery (Loiret), effectue des expéditions vers le?sud. Des?gains de productivité existent dans les kilomètres parcourus à vide et dans les temps d’attente, divisés par deux à Donnery. « Nous travaillons en mode coopératif, poursuit Emmanuel Guérin. Je vais voir les livreurs pour les aider à organiser une partie de leur supply chain et pour nous mettre d’accord sur les horaires ou?sur l’organisation. »

Profiter de plans de développement durables

L’Européenne d’Embouteillage avait tenté la mutualisation, mais s’était heurté au choix de la direction des opérations. « Avec Ideo, on passe du rêve à la réalité », résume Ludovic Simonnot. « Nous avons beaucoup travaillé sur les optimisations en interne et nous avions atteint nos limites, explique Antoine Pulcini, chef de groupe achats logistiques d’EVW Sources (Evian Volvic World) du groupe Danone. Nous pouvons désormais profiter de la mutualisation. »

L’indépendance d’Ideo vis-à-vis de sa maison mère est importante pour Danone. « Ideo ne peut pas être juge et partie. Et ID Logistics n’est pas notre prestataire de transport », explique Antoine Pulcini. Pourquoi faire appel à Ideo ? « Nous savons faire le transport, explique Ludovic Simonnot, mais pour dénicher des plans de développement durables, il faut disposer des bons outils. Pour réussir demain, il ne faut plus être seul. » Les deux clients d’Ideo considèrent la mutualisation comme un atout. « Notre enjeu principal, c’est la disponibilité de nos?produits, résume Ludovic?Simonnot. Nous ne pouvons pas être nombrilistes. » Et demain ? Ideo veut attirer de nouveaux industriels qui apporteront de la valeur à ses deux clients, comme des entreprises dans le packaging, le verre et les biens de grande consommation.

La fausse simplicité de la logistique

La logistique paraît simple, pourtant elle ne se limite pasà une bête feuille de route. En réalité, le transporteur a du malà gérer les coûts, car une part importante de ses dépensesest exogène à son activité et liée à l’organisation du flux. D’oùle rôle essentiel de la cellule de pilotage qui, dans le cas d’une mutualisation, intègre les transports multimodaux. « Pour prendre en compte des critères différents, il faut une cellulede pilotage, multiclient, collaborative et indépendante, qui agglomère différents flux et les séquences pour travailler surles temps d’attente, les kilomètres à vide… », explique Antoine Pulcini, le chef de groupe achats logistiques d’EVW Sources.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle