Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Parmigiani sort de l'ombre en vendant des montres à l'OM

,

Publié le

par Pascale Denis

Parmigiani sort de l'ombre en vendant des montres à l'OM © REUTERS

PARIS (Reuters) - Le suisse Parmigiani Fleurier, qui s'attend à voir ses ventes rebondir de 20% en 2010, est sorti de son univers discret d'horloger très haut de gamme en fournissant l'Olympique de Marseille à l'occasion de sa victoire au championnat de France de football.

La manufacture, qui met un point d'honneur à faire peu de publicité mais qui compte l'ancien président russe Vladimir Poutine comme client, a proposé au club marseillais, qui souhaitait récompenser son équipe, de lui vendre des montres gravées au nom de chaque joueur.

"Nous l'avons fait. Nous leur avons vendu 40 montres, pour les joueurs et le club", a déclaré jeudi Jean-Marc Jacot, directeur général de la société, à l'occasion du sommet du luxe organisé par Reuters.

Parmigiani, maison aussi luxueuse que discrète, fabrique des montres dont le prix moyen avoisine les 33.000 euros.

Pour l'OM, la commande a totalisé 250.000 euros.

La manufacture, dont les montres nécessitent deux ans de fabrication, espère parvenir à l'équilibre cette année et être bénéficiaire en 2011.

Touchée comme tous les horlogers suisses par la crise, Parmigiani a vu ses ventes plonger de 20% l'an dernier. La société, qui fabrique surtout des montres en or, a aussi été très touchée par la flambée des cours du métal jaune, qui a doublé en un an.

Jean-Marc Jacot a dit constater une nette reprise des ventes (+25%) depuis le début de l'année, mais très contrastée selon les régions du monde, avec une dynamique forte en Amérique latine et un redémarrage en Russie et en Turquie.

TROIS OUVERTURES EN CHINE

Il a précisé que Parmigiani, qui n'était pas implantée en Chine jusqu'ici, allait y ouvrir trois magasins cette année, pour profiter du "développement incroyable" du pays.

Pour s'y faire connaître, elle compte sur ses liens noués avec le célèbre acteur de kung fu Jackie Chan.

La société ne détient que quelques magasins en propre, à Dubaï, Moscou et Istanbul. L'essentiel de ses ventes passe par des détaillants.

Elle compte parmi la poignée de manufactures, avec Patek Philippe, Rolex ou Lange & Soehne (groupe Richemont), qui produisent l'intégralité de leurs mécanismes sans recours à la sous-traitance auprès de grands groupes, notamment Swatch qui menace de fermer son robinet d'approvisionnement.

Sa production reste limitée. Elle a vendu 4.000 montres en 2009 et espère en vendre 5.000 cette année, surtout destinées à une clientèle masculine (80% des ventes).

Basée à Neufchâtel (Suisse), la société a été créée en 1976 par Michel Parmigiani, qui se consacrait alors exclusivement à la restauration de montres pour des musées et des collectionneurs.

L'activité de fabrication proprement dite est lancée en 1996, lorsque la famille Sandoz, héritière du groupe pharmaceutique du même nom - fusionné avec Ciba-Geigy pour donner naissance à Novartis - en acquiert 90%, le solde étant détenu par le management et des investisseurs extérieurs.

Elle compte aussi une activité dédiée à la fabrication de composants destinés à d'autres horlogers, au sein d'une entité séparée, Vaucher Manufacture, dans laquelle Hermès a pris une participation de 25%. Cette entité, qui réalise 40% du chiffre d'affaires, fabrique des mouvements pour le groupe de luxe de la rue Saint-Honoré, l'italien Bulgari ou les suisses Richard Mille ou Corum.

Avec la contribution de Silke Koltrowitz, édité par Danielle Rouquié

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle