Quotidien des Usines

Parisot Sièges International sauvé par ses cadres

, ,

Publié le

Le jugement du tribunal de commerce d'Amiens (Somme) est tombé cet après-midi : l'entreprise picarde sera reprise par un groupe de 14 cadres au détriment de Cauval Industrie.

Parisot Sièges International sauvé par ses cadres

Le choix est fait. C'est le plan du groupe de 14 cadres qui a été retenu par du tribunal de Commerce d'Amiens (Somme) pour reprendre Parisot Sièges International, installé à Berteaucourt-les-Dames (Somme), en redressement judiciaire depuis le 2 juin 2006.

Le projet était présenté par Jean-Claude Benedetti, jusqu'alors directeur général du pôle sièges du groupe Parisot. Ce dernier présidera désormais la nouvelle entité, Manufacture française de sièges SAS. Elle conservera 324 des 432 salariés. La mise en œuvre du plan social (départs volontaires  et licenciements) sera assurée par l'ancienne structure.

En marge de la présentation du plan industriel lui-même et des conditions financières de la reprise, Jean-Claude Benedetti a indiqué au Tribunal qu'il avait « le soutien de ses principaux clients » ainsi que le soutien du groupe Parisot, ce dernier lui ayant assuré qu'il pourrait compter sur un « effet de synergie » avec le groupe pour ses approvisionnements. Enfin, ce projet a aussi reçu l'appui de collectivités : commune, communauté de communes et Région Picardie. Cette dernière a mis un million d'euros dans le projet sous forme d'avance remboursable.

Le groupe Cauval Industrie, leader sur le marché français du siège rembourré d'entrée et milieu de gamme, était également candidat à la reprise de Parisot Sièges international.

Le fabricant de canapés et banquettes rembourrés pour la grande distribution spécialisée avait perdu 27% de son chiffre d'affaire entre 2005 et 2006 ce qui avait entraîné la cessation de paiement le 2 juin 2006. Le 17 juillet 2006, elle avait présenté aux salariés un plan social comprenant 184 suppressions d'emploi. Par la suite, l'entreprise, filiale du groupe Parisot, avait bénéficié de deux périodes d'observation de six mois.

De notre correspondante en Picardie, Claire Garnier

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte