Paris veut se rassurer sur le Rafale après l'échec au Brésil

par Cyril Altmeyer

Partager

PARIS (Reuters) - La France cherche à se rassurer jeudi au lendemain de l'échec du Rafale au Brésil face au Gripen du suédois Saab , un contrat espéré de longue date, d'autant plus crucial que Paris compte sur au moins deux commandes à l'export de l'avion de chasse pour boucler son budget de défense d'ici 2019.

Dassault Aviation est sanctionné en Bourse, mais le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, a souligné que le Brésil n'était pas une cible prioritaire pour le Rafale, présélectionné par l'Inde pour des négociations sur un contrat géant qui durent depuis près de deux ans.

Le Rafale, qui n'a jamais été exporté depuis son lancement en 1989, semblait avoir le vent en poupe au Brésil sous la présidence de Lula tandis que Nicolas Sarkozy avait promis des transferts de technologies massifs pour emporter le contrat portant sur au moins 36 appareils.

Mais à son arrivée au pouvoir, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a remis à plat le processus, sans cesse retardé, avant que les révélations sur l'espionnage dont elle a fait l'objet de la part des Etats-Unis scelle le sort du troisième concurrent, l'américain Boeing.

Le deuxième échec d'affilée du Rafale face au Gripen suédois, quelques mois après la Suisse, souligne les dégâts de la concurrence fratricide de trois avions de chasse européens dans les appels d'offres mondiaux, le troisième étant l'Eurofighter, coentreprise entre EADS, l'italien Finmeccanica et le britannique BAE Systems.

Cette déconvenue illustre aussi la malédiction qui frappe un avion aux performances reconnues, en Libye et au Mali dernièrement, mais jugé trop cher pour les besoins de certains prospects.

"Le Brésil a fait un choix économique avec l'avion suédois. Il va falloir que la France finisse par comprendre que le Rafale est trop cher et que la qualité de l'appareil n'entre pas dans les décisions actuellement. Avec ce nouvel échec, le contrat en Inde devient désormais crucial pour Dassault", commente un vendeur actions parisien.

ESPOIRS SUR L'ASIE

Dassault Aviation espérait boucler cette année les négociations exclusives avec l'Inde en vue d'un contrat de 126 Rafale pour un montant estimé à 15 milliards de dollars, avant les élections législatives prévues en 2014.

"Compte tenu de l'ambiance économique qu'il y a au Brésil, des problématiques liés à la Coupe du monde, il aurait été particulièrement malvenu de prendre une offre plus chère", a déclaré un expert du secteur qui a souhaité rester anonyme.

"Etant donné les menaces qui potentiellement entourent l'Inde, ce pays n'a pas intérêt à mégoter sur les capacités de ses armes", a-t-il ajouté, soulignant que le prix ne serait pas forcément un obstacle aux Emirats arabes unis.

L'échec du Brésil complique à première vue l'équation budgétaire prévue dans la loi de programmation militaire (LPM) qui ne prévoit la livraison à la France que de 26 Rafale sur la période 2014-2019.

Au rythme actuel de 11 avions livrés par an, en deçà duquel Dassault Aviation estime le programme non réalisable, l'export devra prendre le relais dès 2016. Le gouvernement a toutefois prévu de faire le point d'ici la fin 2015 si ses ambitions à l'export ne se concrétisaient pas.

"Le Brésil n'était pas notre cible prioritaire", a dit sur Europe 1 le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "Nous avons de bonnes raisons de croire que sur l'Inde et sur le Golfe, il y aura bientôt des résultats."

Outre l'Inde, Paris compte particulièrement sur les Emirats arabes unis, le Qatar et la Malaisie, situés dans des zones où un avion plus cher mais plus performant pourrait être privilégié.

L'armée de l'air brésilienne doit désormais ouvrir des négociations avec Saab pour finaliser sa commande. Le groupe suédois livrera 36 Gripen, pour un montant de 4,5 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros), mais l'accord générera des milliards de dollars supplémentaires en livraisons futures et en contrats de service.

Vers 11h30, le titre Dassault Aviation, dont le flottant ne représente que 3% de son capital, perdait 3,26% à 890 euros, après avoir ouvert en baisse de plus de 7%, tandis que le SBF 120 gagnait 1,2% au même moment.

Dans le même temps, Saab s'envole de 24% à la Bourse de Stockholm.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

DASSAULT AVIATION

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

09 - DEPARTEMENT DE L'ARIEGE

Calibrage de l'accotement végétalisé sur la RD1 A

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS