Paris va bientôt faire de nouvelles propositions dans le dossier STX

, , ,

Publié le , mis à jour le 29/08/2017 À 06H39

PARIS (Reuters) - La France fera de nouvelles propositions à l'Italie dans le dossier des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a annoncé lundi 28 août le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. Les deux pays espèrent parvenir à un accord sur leur contrôle conjoint pour le sommet franco-italien de fin septembre.

Paris va bientôt faire de nouvelles propositions dans le dossier STX
La France fera à l'Italie de nouvelles propositions dans le dossier des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) avec l'espoir de parvenir à un accord sur leur contrôle conjoint pour le sommet franco-italien de fin septembre, a annoncé lundi le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

"Mon souhait, ma volonté, c'est que nous parvenions d'ici la fin du mois de septembre à un accord avec nos amis italiens sur ces chantiers navals, et donc je vais reprendre le fil de la discussion dès la fin de la semaine avec mon homologue italien", a indiqué le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, lundi 28 août sur LCI.

Bruno Le Maire a affirmé vouloir faire "de nouvelles propositions" afin de parvenir à un accord le 27 septembre prochain lors du prochain sommet franco-italien.

Vers une coopération dans le domaine du naval militaire ?

Le gouvernement français a procédé fin juillet à la nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire face au refus du groupe italien Fincantieri, qui avait acquis la majorité du capital auprès de l'ancien propriétaire sud-coréen du site, d'en partager le contrôle à parité avec des intérêts hexagonaux. Cette nationalisation a provoqué la colère de l'Italie. Mais, rapidement, Paris et Rome ont affiché leur volonté de trouver une solution au dossier des chantiers navals STX. Bruno Le Maire, son homologue Pier Carlo Padoan et Carlo Calenda, ministre italien du Développement économique, ont annoncé le 1er août la validation d’une gouvernance pour le sommet annuel franco-italien du 27 septembre à Lyon.

 "Le président de la République et le président du Conseil italien pourront trouver un accord sur une grande industrie navale franco-italienne", a ajouté le ministre de l'Economie sur LCI. Il a proposé dans le même temps que l'accord soit élargi à une coopération franco-italienne dans le domaine du naval militaire.

"S'il n'y a pas d'accord, nous resterons dans une nationalisation mais je le redis, je ne crois pas que ce soit l'avenir des chantiers navals de Saint-Nazaire, je ne crois pas que ce soit la meilleure option", a de nouveau précisé Bruno Le Maire.

Pour Reuters, Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/08/2017 - 18h39 -

Il est sur que l'Etat n'a pas vocation de gérer des entreprises, vu les résultat de sa gestion, d'Areva, la SNCF, Alstom, .... STX étaient les Chantiers de l'Atlantique, partie du groupe CGE, 220.000 pers quand meme dans les années 1990, et dont faisait partie Alcatel; et dont il ne reste quasiment rien, malgré les milliards d'impôts engloutis.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte