Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Paris va apporter son concours à Smovengo dans le déploiement du Velib'

Cédric Soares ,

Publié le

Le déploiement du nouveau Vélib’ enregistre d’importants retards. La mairie de Paris et le Syndicat Autolib’ Velib’, en charge la gestion du service, ont décidé de réagir. La municipalité va soutenir techniquement, via ses agents, le nouvel exploitant Smovengo.

Paris va apporter son concours à Smovengo dans le déploiement du Velib'
Face à l'accumulation des retards de déploiement du Vélib', la mairie de Paris va apporter son soutien technique à Smovengo
© Cédric Soares

Smovengo, successeur de JCDecaux comme exploitant du Vélib’ accumule les déboires. Le service de vélopartage de la métropole parisienne compte, au 1er mars, un peu plus de 300 stations actives alors que 600 étaient promises par Smovengo au 1er janvier et 1 400 d’ici la fin du mois. La ville de Paris et le Syndicat Autolib’ Vélib’, en charge de la gestion du service, ont donc décidé de réagir.

La capitale va davantage s’impliquer dans le déploiement des nouvelles stations en apportant, via ses ingénieurs et ses techniciens, un soutien technique, a indiqué à L'Opinion l'adjoint aux transports de la mairie de Paris. Outre le retard de mise en service, de nombreux dysfonctionnements ont été remontés par les clients. Une partie serait due au fonctionnement de certaines stations sur batteries. Smovengo aurait utilisé ce procédé pour faire face à des difficultés de raccordement au réseau électrique.

Le nouvel exploitant Franco-Espagnol avait annoncé un premier retard, via un communiqué, quelques jours à peine avant le premier jalon fixé au jour de l’an. Il y déclarait que seule “une centaine de stations Velib’s seront fonctionnelles”. Le groupe précisait également que "pour respecter son engagement que 100 % des stations soient à nouveau fonctionnelles au 31 mars 2018, le groupement Smovengo va accélérer le rythme de ses travaux d’aménagement avec environ 80 stations supplémentaires ouvertes chaque semaine jusqu’au printemps".

2 millions d’euros de pénalité

Le Syndicat Autolib’ Vélib’ a déjà appliqué une pénalité de 2 millions d’euros à Smovengo. Le montant couvre les deux premiers mois de l’année. Il compense les mesures que le gestionnaire met en oeuvre pour dédommager ses clients. Ces derniers peuvent faire une demande de remboursement de leur abonnement pour les mois de janvier et février. Un prolongement de ce dispositif au mois de mars est à l’étude. Le syndicat de transports promet de constituer prochainement un comité des usagers métropolitains afin de remonter les attentes des utilisateurs.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle