International

Paris et Rome se donnent l’été pour sortir de l’impasse STX

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Paris et Rome ont affiché, mardi 1 août, leur volonté de trouver une solution au dossier des chantiers navals STX. Bruno Le Maire, son homologue Pier Carlo Padoan et Carlo Calenda, ministre italien du Développement économique, ont annoncé la validation d’une gouvernance pour le sommet annuel franco-italien du 27 septembre à Lyon.

Paris et Rome se donnent l’été pour sortir de l’impasse STX
Suite à la rencontre de Bruno Le Maire ministre de l'Economie et des Finance avec son homologue Pier Carlo Padoan et de Carlo Calenda, ministre italien du Développement économique, mardi 1er août, Paris et Rome affichent leur volonté de trouver une solution au dossier STX
© STEPHANE MAHE

Après une semaine de tensions, Paris et Rome affichent leur volonté de trouver une solution pour les chantiers navals de l’Atlantique (STX). Bruno Le Maire, s’est rendu en Italie, mardi 1er août. Le Ministre de l’Economie et des Finance a rencontré son homologue Pier Carlo Padoan ainsi que le Carlo Calenda ministre transalpin du Développement économique. Si pour le moment chaque partie campe sur ses positions, les deux gouvernements ont déclaré travailler à une solution “acceptable mutuellement” pour le sommet annuel franco-italien. La réunion se tiendra à Lyon le 27 septembre.

Dans un communiqué de presse commun les deux exécutifs “expriment leur intention de dépasser leurs différences sur l’équilibre de la structure du capital de STX”. L’Italie valide la proposition de la France d’élargir la coopération au militaire,  “Rapprocher les forces de Fincantieri, de STX et de Naval Group (ex-DCNS NDLR) permettrait de créer un leader global européen global”.  

La gouvernance point de désaccord 

Sur la gouvernance, Rome rejette toujours le schéma voulu par Paris d’un partage à 50-50 du capital. Ce refus a amené Paris à annoncer, le 27 juillet, la nationalisation temporaire de STX. La mesure a suscité la colère de l’autre côté des Alpes. Au sortir de la réunion, la France a donné des gages pour apaiser son partenaire. Le propriétaire par intérim des chantiers de Saint-Nazaire s’est engagé à ne pas ouvrir le capital de la société.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte