Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Paris et Rome proches d'un accord sur STX ?

, , ,

Publié le , mis à jour le 26/09/2017 À 07H18

Infos Reuters PARIS (Reuters) - La France est "très raisonnablement optimiste" concernant la conclusion mercredi, lors du sommet franco-italien de Lyon, d'un accord "équilibré" et satisfaisant pour les deux parties sur la répartition du capital des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, a-t-on indiqué lundi 25 septembre à la présidence française. La France accepterait même de laisser une part majoritaire à Fincantieri.

Paris et Rome proches d'un accord sur STX ?
La France est "très raisonnablement optimiste" concernant la conclusion mercredi, lors du sommet franco-italien de Lyon, d'un accord "équilibré" et satisfaisant pour les deux parties sur la répartition du capital des chantiers navals STX de Saint-Nazaire. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé
© Stephane Mahe

"Je crois qu'une solution pourra être trouvée" lors de la rencontre entre Emmanuel Macron et le président du Conseil italien Paolo Gentiloni, a dit une source, sans autre précision. "Je suis très raisonnablement optimiste sur le fait qu'il y aura un accord qui conviendra aux deux parties, qui sera équilibré".

La décision du gouvernement français de procéder fin juillet à la nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire face au refus du groupe italien Fincantieri d'accepter un partage à parité du capital avait suscité l'ire des autorités italiennes et jeté un froid entre Paris et Rome. Evoquant une décision "grave et incompréhensible", les ministres italiens de l'Industrie et de l'Economie avaient notamment fustigé une forme "de nationalisme et de protectionnisme" inacceptable entre pays membres de l'Union européenne.

La France accepterait de laisser la majorité à Fincantieri

Pour tenter d'apaiser les tensions, le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire s'est rendu à deux reprises cet été à Rome et a notamment proposé à l'Italie d'étendre la coopération à la défense navale, une idée à laquelle les autorités italiennes se sont montrées favorables.

La France accepterait également désormais, selon une source française proche du dossier citée par La Repubblica vendredi, de donner la majorité du chantier naval à Fincantieri, estimant que les "51%" n'étaient plus "tabous" et que cela permettrait de "rendre les Italiens heureux".

Pour Reuters, Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus