L'Usine Auto

Par manque de véhicules électriques, Better Place est contraint de débrancher

Pauline Ducamp ,

Publié le

Le groupe israélien Better Place a déposé le bilan. Le modèle d’échange de batteries n’a jamais réellement convaincu d’autres partenaires que Renault. Ce dernier avait déjà pris ses distances.

Par manque de véhicules électriques, Better Place est contraint de débrancher © Better Placestation

L’idée était séduisante sur le papier mais l’entreprise israélienne n’aura jamais trouvé de modèle économique viable. Dimanche 26 mai, Israel Corporation, propriétaire de Better Place, a annoncé que la société d’échange de batteries déposait le bilan. 

Remplacer plutôt que recharger

Créé en 2007 par le businessman isréalien Shai Agassi (débarqué de l’entreprise il y a plusieurs mois), Better Place s’était associé en janvier 2008 à Renault. D’ici 2016, le groupe français espérait vendre 100 000 véhicules électriques en Israël et au Danemark, qui auraient rechargé leurs batteries dans les stations Better Place des deux pays. 38 et 17 stations respectivement étaient prévues. La recharge était le cœur du système : au lieu de brancher la batterie sur une borne de charge rapide, Better Place remplaçait la batterie vide par une batterie chargée. Avec à la clé, un gain de temps considérable.

Une faillite qui ne remet pas en cause la stratégie de Renault

Les ventes de véhicules électriques n’ont pas décollé et, faute de standard de batterie, les clients de Better Place se limitaient aux véhicules Renault. Selon la presse israélienne, Better Place aurait perdu 850 millions d’euros depuis son lancement. Depuis quelques mois, Renault avait pris progressivement ses distances avec son partenaire israélien. Déjà au Salon de l’Automobile de Paris en septembre dernier, Carlos Tavares avait critiqué le modèle, expliquant que l’israélien devait encore faire ses preuves. Le français a cependant réaffirmé lundi 27 mai sa confiance dans le véhicule électrique malgré la faillite de son partenaire.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte