Quotidien des Usines

Palace Parfums : le bout du tunnel pour les salariées

, ,

Publié le

Social

Le Conseil des Prud’hommes de Dieppe en Seine-Maritime a donné raison le 31 décembre 2010, soit huit ans après le déménagement impromptu de leur usine, à 47 des 75 salariées de Palace Parfums qui exigeaient le paiement de leurs heures supplémentaires et de leurs heures de travail dissimulé.


Ces salariés avaient trouvé leur usine, spécialisée avec 75 salariées à Saint-Nicolas-d’Aliermont dans la mise en flacons et l’expédition de parfums, déménagée par leurs patrons lors de leur retour au travail après les congés de Noël 2002.
 
Calculés en fonction de chaque cas, les dédommagements vont de 10 000 à 20 000 euros, estime maître Marie-Pierre Ogel, l’avocate des plaignantes. Les indemnités seront versées par l'Assurance garantie des salaires (AGS).
 
Une vingtaine des 75 salariées normandes avait déjà gagné devant la chambre sociale de la Cour d’appel de Rouen suite à une requête identique, après avoir d’abord gagné devant les Prud’hommes dieppois.
 
C’est avec une émotion non dissimulée que les plaignantes ont accueilli le jugement qui doit mettre fin à huit ans de combat devant les tribunaux. A fortiori que seule une dizaine de salariés de l’effectif a retrouvé du travail en CDI.
 
Elles regrettent cependant que leurs patrons, pourtant déclarés « patrons voyous » par le ministre des Affaires sociales de l’époque, François Fillon, qui avait promis un traitement exemplaire de l’affaire, ne purgent pas leurs peines. Ceux-ci, Peggy Maaz et Nadim Khouri-Klink ont en effet été condamnés le 26 mars 2009 par la cour d’appel de Rouen à 15 mois de prison et 30 000 euros d’amende pour « banqueroute, abus de biens sociaux et travail dissimulé ». Mais en vain. Le mandat d’arrêt international lancé à leur encontre n’a jamais porté ses fruits.
 
De notre correspondant en Normandie, Patrick Bottois
 
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte