Paiements courants: nouveau record pour l'Allemagne en 2019

Publié le

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne a décroché l'an dernier pour la quatrième année consécutive le record mondial en terme d'excédent des comptes courants, rapporte lundi l'institut économique Ifo, dont les estimations ne manqueront pas d'alimenter les critiques sur la politique budgétaire d'Angela Merkel.

Paiements courants: nouveau record pour l'Allemagne en 2019
L'Allemagne a décroché l'an dernier pour la quatrième année consécutive le record mondial en terme d'excédent des comptes courants, rapporte lundi l'institut économique Ifo, dont les estimations ne manqueront pas d'alimenter les critiques sur la politique budgétaire d'Angela Merkel. /Photo prise le 1er octobre 2019/REUTERS/Hannibal Hanschke
© Hannibal Hanschke

D'après les calculs de l'institut Ifo, la balance des paiements courants, qui mesure les flux de biens, de services et d'investissement, a dégagé en 2019 un excédent de 293 milliards de dollars (environ 265 milliards d'euros).

Le Japon occupe le deuxième rang du classement mondial, avec un excédent de 194 milliards de dollars d'excédent.

Depuis des années, la Commission européenne et le Fonds monétaire international pressent l'Allemagne d'intervenir davantage en soutien de sa demande intérieure et de ses importations afin de réduire les déséquilibres économiques mondiaux et de stimuler la croissance hors d'Allemagne.

Donald Trump, depuis son élection en novembre 2016, critique lui aussi la vigueur des exportations allemandes.

Car l'excédent de la balance des paiements courants allemande s'explique largement par le fait que les exportations, tant dans le domaine des biens que dans celui des services, excèdent largement les importations de la première économie européenne.

"Une hausse des exportations vers les Etats-Unis liée à une plus forte dépréciation de l'euro et une hausse des exportations vers le Royaume-Uni, où la consommation a légèrement redémarré, ont vu les exportations allemandes de nouveau progresser vivement au second semestre de l'année (dernière)", a déclaré à Reuters l'économiste Christian Grimme, de l'Ifo.

"Par contraste, les importations n'ont que très faiblement progressé au deuxième semestre, la récession industrielle en Allemagne ayant sévèrement limité les importations de biens intermédiaires", ajoute-t-il.

Ramené au produit intérieur brut, l'excédent courant allemand a représenté l'an dernier 7,6% du PIB contre 7,3% en 2018.

(Rene Wagner; version française Henri-Pierre André, édité par Marc Angrand)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte